Aller au contenu principal

Open Agrifood 2016 : L’innovation sous toutes ses coutures

Les 16 et 17 novembre a eu lieu la 3ème édition d'Open Agrifood à Orléans. Présidé par Xavier Beulin, l’événement a choisi de placer cette année l'innovation au cœur des échanges.

Avec plus de 2 000 participants réunis, dont de nombreux étudiants, Open Agrifood commence peu à peu à trouver son rythme de croisière. Comment réussir à faire cohabiter, de la plus harmonieuse des manières, les grands opérateurs de l' «agrochaine» que sont les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs ? C'est tout le défi porté par cette nouvelle édition d'Open Agrifood tenue les 16 et 17 novembre dernier. Une 3ème édition placée sous le signe de l'innovation. A cette occasion, l'ensemble des acteurs des filières agricoles et agroalimentaires se sont retrouvés pour faire le point sur les avancées en termes de responsabilité sociale des entreprises et d'innovations en tous genres, dans le but de toujours mieux répondre aux attentes sociétales.

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, insiste sur l'importance du «dialogue» et de la «coresponsabilité» entre les différents maillons, et milite pour que «l'innovation ne se situe pas seulement dans les nouvelles technologies mais aussi dans la réorganisation des filières ».

De son côté, le vice-président de l’événement, Emmanuel Vasseneix, également directeur général de la laiterie LSDH, cible « le besoin de formation et d'éducation des jeunes » aux notions de nutrition et d'économie. Des intervenants français et étrangers venus partager leur expérience, s'accordaient enfin pour dire que l'innovation devait être considérée comme une opportunité de création de valeur et non comme une menace.

Débat sur le modèle agricole français

«Le problème de la France, c'est qu'on veut deux modèles : celui des grandes exploitations pour rivaliser avec les entreprises étrangères et celui du modèle familial», remarque Emmanuel Vasseneix. Ce dernier qui soutient, dans un même temps, que la distribution a «besoin de différenciation» dans un contexte marqué par une forte concurrence des plateformes de distribution numérique incarnées par la plus célèbre d'entre elles : le géant américain Amazon. Un chiffre inquiétant, cité lors d’échanges, interpelle. Près de 67 % des produits alimentaires seraient issus de 16 multinationales seulement. Cette concentration de l'offre empêche d'entrevoir pour l'heure l'équilibre tant revendiqué à la fois vis à vis des consommateurs et de ceux en amont de la chaîne.

Face à ces nouveaux rapports de force émergents, producteurs, industriels et distributeurs de type «traditionnels» ont donc tout intérêt à multiplier les synergies.

Marque « C'est qui le patron ?» : des résultats prometteurs Lancée fin octobre dernier en partenariat avec la laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel, la marque « c'est qui le patron ? » semble donner des premiers signes encourageants. Vendue à 99 centimes d'euros la brique, près de 800 000 tonnes de lait sur 2 millions produites ont d'ores et déjà été vendues à Carrefour en l'espace de 15 jours. « On va ouvrir d'autres points de vente», assure Emmanuel Vasseneix. Relatif à la rémunération des éleveurs, le contrat annoncé a bien été rempli. «La paie de lait du mois d'octobre affiche 388 euros les 1 000 litres pour les producteurs contre 270 euros en moyenne sur l'ensemble du territoire», indique le directeur de la laiterie. Depuis l'annonce de cette campagne de responsabilisation du consommateur, Emmanuel Vasseneix affirme avoir relancé une dynamique positive de consommation du lait en France.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité