Aller au contenu principal

Semis
Optima de Kverneland : les atouts de l’entraînement électrique

Ces dernières années, la gamme Optima de Kverneland s’est renouvelée. Grande largeur à châssis fixe, à largeur variable ou repliable, le constructeur vise la haute précision pour ses différents semoirs monograines.

Grâce à sa largeur variable hydraulique, l’Optima V dispose d'une grande ­flexibilité permettant de s'adapter à tous les inter-rangs.
Grâce à sa largeur variable hydraulique, l’Optima V dispose d'une grande ­flexibilité permettant de s'adapter à tous les inter-rangs.
© Kverneland

Depuis près de vingt ans, Kverneland dote ses semoirs monograines d’un entraînement électrique. Une solide expérience qui fait aujourd’hui l’une des forces du constructeur norvégien. Précision et confort d’utilisation, la gamme Optima entend répondre à toutes les demandes du marché.

« La conception du cœur semeur est un peu particulière, elle est sans frottement, explique Olivier ­Rampsacher, chef produit semoir de précision chez ­Kverneland France. Cela permet d’avoir des moteurs électriques qui sont fiables et qui vont consommer très peu d’énergie ».

Nul besoin de génératrice supplémentaire. Cela passe uniquement par l’alimentation Isobus du tracteur, même sur des semoirs qui vont aller sur 12 rangs ou plus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité