Aller au contenu principal

Paquet énergie propre : pourquoi salir délibérément les biocarburants ?

La Commission européenne vient d’adopter ce jour un « Paquet Énergie Propre » qu’elle considère comme ambitieux. Pour la FOP au contraire, ce paquet constitue un véritable coup de massue pour les producteurs français d’oléoprotéagineux.

En effet, s’il était adopté en l’état, ce Paquet communautaire signerait l’arrêt de mort des biocarburants actuels puisque le taux d’incorporation serait fixé à 3,8% en 2030 contre 7% aujourd’hui en France.

La FOP souligne que cette orientation remet clairement en cause le principal débouché des producteurs d’oléagineux français. En dévalorisant ainsi les graines, la Commission prive les producteurs d’une source de revenu et de fait hypothèque gravement l’avenir de ces cultures pourtant unanimement reconnues comme indispensables. L’incompréhension est d’autant plus forte pour les producteurs français qu’ils ont, sous couvert de leur filière, fortement investi depuis des années pour disposer d’outils industriels performants valorisant leurs graines et permettant de répondre aux objectifs ambitieux fixés par la Commission européenne en matière de réponse au changement climatique.

La FOP souligne de plus qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème pour les producteurs d’oléagineux mais bien pour l’ensemble de l’agriculture. Dans un marché aujourd’hui mondial, et alors que nos concurrents investissent dans les biocarburants, la Commission européenne fait donc courir un vrai péril à notre capacité à continuer de produire également des tourteaux tracés et de proximité, mettant ainsi en danger l’alimentation animale en la rendant encore plus dépendante des variations de marché et des importations d’origine non contrôlée.

La FOP tient à rappeler que le taux d’autosuffisance protéique est d’environ 55% en France contre 35% en Europe. C’est pourquoi elle demande instamment au Conseil et au Parlement Européen de faire preuve de cohérence avec leurs orientations antérieures et d’invalider cette orientation qui ruine l’économie des territoires ruraux.

Gérard TUBERY, Président de la FOP, a déclaré : « au moment où la Commission européenne parle de création de centaines de milliers d’emplois du fait de cette proposition, il faut rappeler que les premiers emplois créés sont ceux qui ne sont pas perdus. L’économie a besoin d’un cadre stable pour se développer et non d’incessants pas de deux. L’économie a besoin de confiance pour se développer. Les acteurs économiques ont besoin de considération pour entreprendre. L’objectif d’incorporation de 7% de biocarburants de première génération doit donc être confirmé. Le développement de biocarburants avancés ne doit pas remettre en cause l’existant ».

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité