Aller au contenu principal

Par la biodynamie, les Gendrier renforcent le vivant

Vigneron à Cour-Cheverny, Michel Gendrier conduit son vignoble en agriculture biodynamique depuis 1998. Un système en phase avec ses envies et ses valeurs.

Michel Gendrier (à g.) et son fils Alexandre conduisent leur vignoble en agriculture biologique et biodynamique.
Michel Gendrier (à g.) et son fils Alexandre conduisent leur vignoble en agriculture biologique et biodynamique.

« On est un passage de relais. » Dans son domaine des Huards à Cour-Cheverny, Michel Gendrier se voit comme un maillon de la chaîne dans l’évolution de son exploitation viticole, de ses vignes et de ses vins. « J’ai travaillé plus de vingt ans avec mes parents. Ils m’ont transmis leur savoir et j’ai pris la suite », souligne ce vigneron installé en 1977.

Aujourd’hui, il travaille avec sa femme, Jocelyne, sa belle-fille, Paulina, et son fils, Alexandre, qui représente la septième génération de vignerons de la famille Gendrier depuis 1846. Conduit en agriculture biologique et biodynamique depuis 1998, le domaine des Huards s’étend aujourd’hui sur 37 hectares en AOC Cheverny et Cour-Cheverny.

« Nous avons toujours utilisé de la bouillie bordelaise donc nous n’avons pas entrepris de changements drastiques lors de notre conversion », souligne Michel Gendrier. Le moteur du passage en biodynamie a surtout été de « faire un pied de nez à ces vendeurs de produits magiques ».

Michel a été séduit par cette méthode suite à une étude menée en Suisse : « Les essais étaient conduits sur des parcelles en conventionnel, en biologique et en biodynamique avec tout type de production. Les résultats étaient plutôt probants en biodynamique. Pour moi, ces essais ont fait la preuve par l’exemple. »

Pendant plusieurs années, Michel a essayé de comprendre cette méthode alternative, a lu des ouvrages et, une fois prêt, il s’est entouré d’un conseiller qui l’a accompagné dans cette démarche.

« La biodynamie est la recherche d’un système autosuffisant pour complémenter le sol sans apport extérieur. Le but est de favoriser la flore et le sol en stimulant la vie microbienne », explique Michel Gendrier.

Pour cela, il y a trois grands principes : l’influence astrale, le rythme de la nature et l’utilisation de préparations végétales de type homéopathiques.

Pour expliquer son travail, le vigneron aujourd’hui en label Biodyvin*, préfère encore s’appuyer sur des livres et sur son calendrier lunaire. « Vous voyez, il y a des jours fruits, des jours fleurs et des jours racines. Il existe aussi des moments défavorables pour le travail à la vigne ou en cave. Là, on évite de faire les tâches importantes comme cultiver le sol, tailler la vigne ou mettre en bouteille. »

À la vigne, Michel Gendrier apporte donc des préparations selon les saisons « pour rendre la plante naturellement moins sensible et renforcer le vivant, au lieu de soigner en cas de maladie » : bouse MT en automne pour soutenir le processus de décomposition de la terre, bouse de corne au printemps pour renforcer la vie souterraine et silice de corne en été pour le développement des feuilles.

« Il faut quand même que l’on contrôle les maladies comme l’oïdium ou le mildiou donc il nous arrive d’utiliser du cuivre ou du soufre à des quantités faibles », confie le vigneron.

Au chai, cette philosophie est aussi respectée puisque l’ensemble des nettoyages se fait à l’eau froide ou à la vapeur, et à la cave, les fermentations sont conduites avec des levures naturelles.

Michel Gendrier n’est pas un savant fou ou un illuminé. Ce système, il le prend pour ce qu’il lui apporte : une vigne en bonne santé sans intrant, de bons résultats et de bonnes maturités. « Toute méthode est discutable et je n’en critique aucune. »

Avec la biodynamie, le vigneron a simplement trouvé son équilibre, comme il espère avoir su le donner à ses vignes et ses vins. Cette conduite du vignoble, alliant tradition et modernité, a d’ailleurs attiré son fils, Alexandre, sensible à l’impact de l’homme sur la nature : « L’équilibre naturel est rattrapé et la nature nous le rend bien. »

*Ce label implique le respect de la méthode biodynamique ainsi que le contrôle de la qualité du vin.

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité