Aller au contenu principal

Payen import présente la gamme CFS

Payen import présente trois outils de travail du sol de la marque CFS dont l’entreprise est importateur exclusif pour la France.

Maisoncelles-en-Brie, jeudi 17 septembre. Passage d’une houe rotative CFS dans une parcelle de colza.

Partenaire historique des marques McConnel et Schulte, Payen import est depuis le 1er juin l’importateur exclusif pour la France de la marque CFS (Cross Farm Solution).

Cette PME autrichienne, en pleine expansion — une nouvelle usine sera opérationnelle au printemps 2021 — propose des matériels innovants et modernes destinés à l’entretien des sols de vergers, vignobles et de plein champ grâce à un désherbage mécanique efficace.

Les outils CFS, de conception modulaire, proposés en grandes largeurs mais avec un gabarit routier, répondent aux attentes actuelles des agriculteurs et entreprises de travaux agricoles français pour des solutions alternatives au tout chimique.

Les trois types de machines de la gamme CFS étaient présentés jeudi 17 septembre à Maisoncelles-en-Brie sur l’exploitation de Cédric Thomas.

Plus précisément, la bineuse autoguidée par caméra Vario Hoe ou VH se veut polyvalente (jusqu’à 12,20 m) et compacte. Elle est facile à régler entre deux cultures comme par exemple pour faire varier les inter-rangs et la distance de passage entre les dents en fonction de la culture.

La herse étrille STW existe en sept modèles allant de 3 à 15,20 m. Une pression constante sur l’ensemble des dents (100 à 500) grâce à un système de réglage hydraulique est l’un de ses atouts.

Également proposée en sept modèles (3 à 12,40 m), la houe rotative Rotary HOE est repliable à 3 m. Elle est équipée de roues indépendantes semi-rigides Yetter.

Après une démonstration de cette dernière dans une parcelle de colza semée le 18 août, Cédric Thomas explique que « le but est d’aller chercher les dicotylédones, qu’elles soient en train de lever ou au stade fil blanc, sur le rang. On peut alterner les passages de houe avec une herse-étrille. Dès qu’il y a une nouvelle levée, il faut repasser car la culture doit toujours avoir une longueur d’avance. L’inter-rang sera fait à la bineuse plus tard. Je retrouve la vraie agronomie. Bref, cet outil a toute sa place dans l’optique d’une réduction des phytosanitaires  ».

À l’occasion de cette présentation et démonstration au champ, la herse Rakaerator de McConnel, prévue pour répartir les pailles et résidus de culture afin d’accélérer la décomposition et la création de faux semis, a terminé la démonstration.

Laurence Goudet-Dupuis

Photo : Maisoncelles-en-Brie, jeudi 17 septembre. Passage d’une houe rotative CFS dans une parcelle de colza.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité