Aller au contenu principal

Portrait
Philippine Allard, cheffe d'exploitation

Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.

Installée en début d’année sur son exploitation, Philippine Allard a dû s’opposer à de nombreux clichés sur la place de la femme dans l’agriculture. Après une première campagne éprouvante, elle tient à attirer l'attention sur ces stéréotypes persistants.

Depuis le départ en retraite de son père en janvier 2022, Philippine Allard a repris l’exploitation familiale 100 % irriguée où elle produit maïs, blé tendre, blé dur, pois, orge de printemps et blé améliorant. Elle a parallèlement remis en place un atelier de multiplication de semences. « Cet atelier de production est à destination des coopératives, précise-t-elle. J’ai réintroduit cette pratique que mon père avait arrêtée il y a quelques années. Cela m’a demandé de la rigueur dans les champs, mais aussi administrativement ». Aujourd’hui, cet atelier s’étend sur 45 hectares, soit un quart de l’exploitation.

Un changement de carrière

Bien qu’elle ait été présente sur la ferme pour aider son père les années précédant son installation, le changement d’activité a été brutal pour la jeune femme. « Auparavant, je travaillais au Crédit agricole, explique-t-elle. Je rencontrais beaucoup de monde. Du jour au lendemain, mon lien social a été modifié ». À 29 ans, la jeune femme se consacre aujourd'hui à la valorisation de son exploitation. « Je fais partie de plusieurs groupements comme les Jeunes agriculteurs du Loiret ou encore le GDA* de mon secteur, indique-t-elle. Ces rencontres me permettent d’affiner mes connaissances et ­compétences ».

L’apprentissage perpétuel est un élément essentiel pour la cheffe d’exploitation. « En à peine un an, je me suis énormément enrichie, se réjouit Philippine. En tant qu’agricultrice, je dois être multitâche. Contrairement à mon précédent travail, dorénavant je suis seule face à certaines difficultés, et je dois les régler seule. Il faut savoir tout faire ».

Creuser son sillon

Selon les statistiques d'Agreste, les femmes représentaient 30 % des actifs permanents agricoles en 2020, contre 8 % en 1970. Malgré cette forte augmentation, elles demeurent minoritaires dans le monde agricole. « Beaucoup d’entre elles sont reléguées aux tâches administratives, estime Philippine Allard. Dans le Loiret, notamment, je ne connais que très peu de femmes céréalières, comme moi. Il faut défendre cette place qui est malheureusement sous-estimée ».

Durant son parcours à l’installation, la jeune femme avoue avoir dû se justifier de nombreuses fois. « J’ai dû prouver mes compétences, mes choix et mes actions, relate-t-elle. Les regards ne sont pas les mêmes que pour un homme. Agriculteurs, techniciens, agents administratifs : tous ont été plus attentifs à mes prises de décisions ». Aujourd’hui, l'agricultrice a su se faire accepter et respecter. « Je ne regrette rien, conclut-elle. Chaque métier a sa part d'avantages et d’inconvénients. J’aime mon métier pour sa diversité ».


*Groupement de développement agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité