Aller au contenu principal

Photovoltaïque : Éric Delorme dresse un premier bilan après deux ans d'exploitation

L'installation de panneaux photovoltaïques continue de séduire les exploitations agricoles, particulièrement avec l'explosion des coûts de l'énergie. Rencontre avec Éric Delorme, agriculteur dans le Loiret qui valorise ainsi l'un de ses bâtiments depuis deux ans.

Éric Delorme.

Il y a deux ans, Éric Delorme, agriculteur à Spuis (Loiret), a fait le choix de valoriser l'un de ses bâtiments avec des panneaux photovoltaïques. Il a opté pour une installation de 100 kWc (kilowatt-crête), sur un bâtiment de stockage de céréales et de matériel, et revend complètement sa production.

Un projet de longue date

L'agriculteur s'était déjà penché sur cette solution en 2010, mais avait finalement renoncé, freiné par l'investissement conséquent qui s'élevait à l'époque à 500 000 euros pour une installation équivalente. À la suite de l'arrêt de cultures porte-graines, à cause de l'interdiction des néonicotinoïdes, l'exploitant a dû repenser ses productions. Il a alors choisi de produire du maïs grain et d'investir dans une cellule sécheuse et un bâtiment de stockage. « La création d'un nouveau bâtiment a été l'opportunité de remettre le photovoltaïque sur la table », confie Éric Delorme.

 

Un interlocuteur local

Dix ans après ses premières réflexions, « l'investissement ainsi que les risques sont devenus moins importants », explique l'agriculteur. Le projet a pu se concrétiser grâce à l'installation d'un centre technique Roy Énergie à six kilomètres de l'exploitation, à Toury (Eure-et-Loir). Fin 2019, le hangar de 1 000 m2 de stockage sort de terre et les panneaux solaires sont installés en avril 2020, pour une mise en production un mois plus tard. Le coût global de l’installation s’est élevé à 90 000 euros, comprenant 12 000 euros pour le raccordement au poste source.

« S'inscrire dans la durée »

L'étude et le suivi poussé de l'installateur sont primordiaux pour le Loirétain qui souligne l’aspect « long terme » de ce type d’installation. Il ajoute : « une étude de faisabilité est réalisée par Roy Énergie, prenant en compte le lieu et estimant la production possible ». Éric Delorme a choisi de vendre la totalité de la production d'électricité sans autoconsommation, le prix de revente étant trop bas au moment de l’installation. Le retour sur investissement est estimé à dix ans, avec un tarif de revente d'environ 10 centimes d'euro le kilo­wattheure. « La production de 2022 a été d’environ 130 000 kWh, ce qui colle avec les prévisions », précise l'agriculteur.

Après deux ans d’exploitation, Éric Delorme est satisfait de l'installation et particulièrement de la réactivité du fournisseur. Une application de Roy Énergie permet même de suivre en temps réel la production des panneaux et d’avoir une vision globale de la production.

Bien penser son projet

Contrairement aux idées reçues, l'administratif pour ce type de projet est peu lourd, d'autant plus avec l'aide de l'installateur pour les différentes démarches. « Le plus important, c'est la distance et la disponibilité pour le raccordement », estime l'agriculteur. Éric Delorme est actuellement en pleine réflexion sur un possible agrandissement du photovoltaïque pour 100 kWc supplémentaires sur le même bâtiment et étudie la possibilité de l’autoconsommation de sa production.

 

Cet article fait partie d'un dossier Énergie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité