Aller au contenu principal

Horticulture
Plandorex : un chiffre d’affaires de deux millions d’euros

Le GIE Loiretain vend sa production de jeunes plants d’ornement dans toute l’Europe et au Canada.

Hubert Dupont, secrétaire du GIE : « 2012-2013 fut une année positive, comparable à la précédente. »
Hubert Dupont, secrétaire du GIE : « 2012-2013 fut une année positive, comparable à la précédente. »
© Loiret agricole et rural

Comptant quatre producteurs de jeunes plants d’ornement, Plandorex a vu le jour en mai 1968. Secrétaire de ce groupement d’intérêt économique (GIE), Hubert Dupont en explique la genèse : « Des pépiniéristes du département réfléchissaient à trouver des débouchés commerciaux pour leurs produits. André Girault, le père de l’actuel président, s’est réuni avec des professionnels : ils ont créé un groupement dédié à l’exportation. »

Quelles étaient les raisons d’être d’une telle stratégie ? « Le marché français était porteur mais il existait des contacts avec l’étranger, dont l’Angleterre. Or exporter représente un risque : nos aînés se sont lancés dans l’aventure à plusieurs en mutualisant leurs moyens. L’Angleterre avait besoin de jeunes plants pour les cultiver. Or la région orléanaise, dont la terre est sablo-limoneuse, produisait des jeunes plants. »

À une époque, le GIE a compté huit membres. Mais, au cours des quatre décennies passées, des entreprises ont disparu soit pour des raisons économiques soit par manque de repreneur. Si bien, qu’aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une poignée. Comment conquérir le monde quand on est si peu nombreux ? « Plandorex est devenu une marque » répond Hubert Dupont. Les quatre pépiniéristes du groupement assurent 60 % de la production. Le reste provient de professionnels extérieurs au GIE, qu’ils soient locaux, nationaux, voire étrangers.

Comptant quatre producteurs de jeunes plants d’ornement, Plandorex a vu le jour en mai 1968. Secrétaire de ce groupement d’intérêt économique (GIE), Hubert Dupont en explique la genèse : « Des pépiniéristes du département réfléchissaient à trouver des débouchés commerciaux pour leurs produits. André Girault, le père de l’actuel président, s’est réuni avec des professionnels : ils ont créé un groupement dédié à l’exportation. »

Quelles étaient les raisons d’être d’une telle stratégie ? « Le marché français était porteur mais il existait des contacts avec l’étranger, dont l’Angleterre. Or exporter représente un risque : nos aînés se sont lancés dans l’aventure à plusieurs en mutualisant leurs moyens. L’Angleterre avait besoin de jeunes plants pour les cultiver. Or la région orléanaise, dont la terre est sablo-limoneuse, produisait des jeunes plants. »

À une époque, le GIE a compté huit membres. Mais, au cours des quatre décennies passées, des entreprises ont disparu soit pour des raisons économiques soit par manque de repreneur. Si bien, qu’aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une poignée. Comment conquérir le monde quand on est si peu nombreux ? « Plandorex est devenu une marque » répond Hubert Dupont. Les quatre pépiniéristes du groupement assurent 60 % de la production. Le reste provient de professionnels extérieurs au GIE, qu’ils soient locaux, nationaux, voire étrangers.

Lire la suite dans notre édition du 13 septembre 2013

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Début janvier, à Saint-Romain-sur-Cher. Durant six semaines, huit personnes ont été formées à la taille de la vigne grâce à une formation organisée par le lycée viticole d'Amboise et financée par Pôle emploi.
La main-d’œuvre de demain se forme à la taille des vignes
Une formation de six semaines à la taille des vignes a eu lieu en Loir-et-Cher du 7 novembre au 6 janvier. Huit personnes en…
Les panneaux photovoltaïques sont installés sur un bâtiment de 1	000 m².
Photovoltaïque : Éric Delorme dresse un premier bilan après deux ans d'exploitation
L'installation de panneaux photovoltaïques continue de séduire les exploitations agricoles, particulièrement avec l'explosion des…
À Prunay-sur-Essonne, mercredi 11 janvier. Une soixantaine d'agriculteurs sont venus à la visite proposée par la SN Gâtichanvre.
SN Gâtichanvre : après les promesses, le temps des actes
Alors que les nouvelles machines de l'usine sont arrivées sur site, Gâtichanvre a organisé une visite avec les producteurs et…
Tous en tracteur à Paris mercredi 8 février
Suppression des NNI, directives Nitrates, ZNT... Les contraintes de production s'accumulent, toutes productions confondues. Une…
Protéines végétales : l'entreprise Intact s'implante à Baule
Lundi 16 janvier, l'entreprise Intact a présenté à la presse son projet d'implantation à Baule (Loiret). Cette rencontre s’est…
Claude Jeay est le nouveau sous-préfet de Nogent-le-Rotrou.
Claude Jeay est le sous-préfet de Nogent-le-Rotrou
Le nouveau sous-préfet de l'arrondissement de Nogent-le-Rotrou, Claude Jeay, a officiellement pris ses fonctions le 16 janvier.
Publicité