Aller au contenu principal

Groupement d'employeurs
Pluralis se tourne vers l’avenir

Les assemblées générales du groupement d’employeurs Pluralis (Agri et Services) se sont tenues le 18 juin sur le site de la pépinière Cerdys, à Saint-Denis-en-Val.

Les assemblées générales ordinaires de Pluralis Agri et ­Pluralis Services ont eu lieu vendredi 18 juin à la pépinière Cerdys de Lavedeau-Melleray, à Saint-Denis-en-Val. Ce rassemblement a débuté par une visite de la pépinière. Durant un peu plus d’une heure, Xavier ­Lavedeau a conduit le groupe à travers toute l’exploitation. Un moment de découverte et d’échanges avant le début des deux assemblées générales du groupement d’employeurs.

L’activité toujours au rendez-vous

Malgré une année compliquée pour tout le monde, Pluralis se félicite d’avoir généré beaucoup d'activité. Le président des structures, Patrice Baudu, met en avant la bonne santé financière : « Le bilan 2020 est positif avec une activité soutenue et des besoins de plus en plus importants ». Les groupements d’employeurs notent donc un accroissement de l'activité important en ce qui concerne Pluralis Agri et une légère baisse pour ­Pluralis Services. La problématique principale des groupements d'employeurs est la fidélisation. « Même si nous enregistrons une recrudescence de CDD, nous notons également des difficultés, comme tous les employeurs, à fidéliser les salariés, explique Sandrine Gagné, coordinatrice Pluralis. Cette année, 25 % des CDD signés n’ont pas été au terme du contrat ».

Le programme Hope

Depuis 2018, Pluralis fait partie du programme Hope. Initié par la préfecture, ce programme a pour vocation d’intégrer des migrants dans les exploitations. « Hope vise à répondre aux difficultés des agriculteurs et des migrants. Les premiers, pour trouver des salariés et les seconds, pour trouver un emploi », précise Patrice Baudu. En 2020, l'objectif de ­Pluralis était de trouver vingt équivalents en temps plein. Objectif presque atteint avec quatorze équivalents temps plein embauchés dans la structure et cinq directement chez un adhérent à fin 2020. À l'heure actuelle, les CDI proposés ne se sont pas concrétisés. « Ce sont des personnes qui ont des difficultés à s'engager sur du long terme, » commente Sandrine Gagné. Le groupement d'employeurs persévère néanmoins dans le projet, avec toujours comme objectif de fidéliser les salariés.

Repenser l’identité de Pluralis

Après une année 2020 si particulière où les offres d’emploi se multiplient et les difficultés de recrutement augmentent, le groupement d’employeurs s’est donné pour mission de se repositionner. Le 20 novembre 2020, la structure a mis en place un dispositif local d'accompagnement afin de reconstruire l'identité de Pluralis. « Les étapes du dispositif : se réapproprier l’histoire de Pluralis, formuler les valeurs et les missions afin d’identifier les besoins de nos adhérents et repenser notre stratégie, explique le président. Nos missions principales sont d'accompagner les adhérents à l'embauche et de maintenir l'emploi, assurer la médiation, fidéliser les salariés, apporter des solutions au problème de main-d'œuvre, permettre d'accéder à des compétences spécialisées, contribuer au développement économique des territoires en créant des emplois stables, assurer une veille des besoins des adhérents et des salariés, animer le collectif ». Pour cela, Pluralis a renforcé son équipe avec Isabelle Bispo, arrivée en tant que coordinatrice le 2 novembre 2020.

La fin des assemblées générales ont été marqué par un verre de l’amitié.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité