Aller au contenu principal

Groupement d'employeurs
Pluralis se tourne vers l’avenir

Les assemblées générales du groupement d’employeurs Pluralis (Agri et Services) se sont tenues le 18 juin sur le site de la pépinière Cerdys, à Saint-Denis-en-Val.

Les assemblées générales ordinaires de Pluralis Agri et ­Pluralis Services ont eu lieu vendredi 18 juin à la pépinière Cerdys de Lavedeau-Melleray, à Saint-Denis-en-Val. Ce rassemblement a débuté par une visite de la pépinière. Durant un peu plus d’une heure, Xavier ­Lavedeau a conduit le groupe à travers toute l’exploitation. Un moment de découverte et d’échanges avant le début des deux assemblées générales du groupement d’employeurs.

L’activité toujours au rendez-vous

Malgré une année compliquée pour tout le monde, Pluralis se félicite d’avoir généré beaucoup d'activité. Le président des structures, Patrice Baudu, met en avant la bonne santé financière : « Le bilan 2020 est positif avec une activité soutenue et des besoins de plus en plus importants ». Les groupements d’employeurs notent donc un accroissement de l'activité important en ce qui concerne Pluralis Agri et une légère baisse pour ­Pluralis Services. La problématique principale des groupements d'employeurs est la fidélisation. « Même si nous enregistrons une recrudescence de CDD, nous notons également des difficultés, comme tous les employeurs, à fidéliser les salariés, explique Sandrine Gagné, coordinatrice Pluralis. Cette année, 25 % des CDD signés n’ont pas été au terme du contrat ».

Le programme Hope

Depuis 2018, Pluralis fait partie du programme Hope. Initié par la préfecture, ce programme a pour vocation d’intégrer des migrants dans les exploitations. « Hope vise à répondre aux difficultés des agriculteurs et des migrants. Les premiers, pour trouver des salariés et les seconds, pour trouver un emploi », précise Patrice Baudu. En 2020, l'objectif de ­Pluralis était de trouver vingt équivalents en temps plein. Objectif presque atteint avec quatorze équivalents temps plein embauchés dans la structure et cinq directement chez un adhérent à fin 2020. À l'heure actuelle, les CDI proposés ne se sont pas concrétisés. « Ce sont des personnes qui ont des difficultés à s'engager sur du long terme, » commente Sandrine Gagné. Le groupement d'employeurs persévère néanmoins dans le projet, avec toujours comme objectif de fidéliser les salariés.

Repenser l’identité de Pluralis

Après une année 2020 si particulière où les offres d’emploi se multiplient et les difficultés de recrutement augmentent, le groupement d’employeurs s’est donné pour mission de se repositionner. Le 20 novembre 2020, la structure a mis en place un dispositif local d'accompagnement afin de reconstruire l'identité de Pluralis. « Les étapes du dispositif : se réapproprier l’histoire de Pluralis, formuler les valeurs et les missions afin d’identifier les besoins de nos adhérents et repenser notre stratégie, explique le président. Nos missions principales sont d'accompagner les adhérents à l'embauche et de maintenir l'emploi, assurer la médiation, fidéliser les salariés, apporter des solutions au problème de main-d'œuvre, permettre d'accéder à des compétences spécialisées, contribuer au développement économique des territoires en créant des emplois stables, assurer une veille des besoins des adhérents et des salariés, animer le collectif ». Pour cela, Pluralis a renforcé son équipe avec Isabelle Bispo, arrivée en tant que coordinatrice le 2 novembre 2020.

La fin des assemblées générales ont été marqué par un verre de l’amitié.

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité