Aller au contenu principal

Plus que jamais la CGB encourage un dialogue apaisé dans la filière sur les vrais sujets : l'exclusion de betteraviers en est justement un !

Le bureau de la CGB a pris connaissance du Communiqué de Presse de Tereos en date du 23 août critiquant les positions du syndicat qui s'opposait à la récente exclusion de trois agriculteurs de leur coopérative. Tereos incrimine dans cet écrit la CGB de ne pas traiter les vraies questions, de ne pas respecter ses processus électifs, tout en dévalorisant l'action du syndicat et lui reprochant de ne pas répondre à ses invitations au dialogue. Prenons la bonne hauteur sur les enjeux !

Malgré la conjoncture difficile, la CGB rappelle son investissement sans faille au service des 26 000 planteurs et d'une filière betterave-sucre française d'excellence ; et cela dure depuis 1921, date de création du syndicat. C'est ainsi que la CGB est fière d'avoir participé à la construction de la coopérative Tereos qui est aujourd'hui un des leaders de l'agroalimentaire français au service des agriculteurs.
C'est également au travers de cet investissement pour la réussite de la filière, que la CGB souhaite que les difficultés ne soient pas traitées par l'invective ou l'exclusion mais bien par la mise en oeuvre d'un dialogue constructif qui respecte le pluralisme des opinions. A ce titre, la CGB ne cèdera jamais sur l'exclusion injuste de betteraviers les privant d'une activité structurante pour leur exploitation. On parle bien là de « vraie question » essentielle au revenu de ces chefs d'entreprise. 
Cette question n'est évidemment pas la seule et il convient d'oeuvrer aux conditions de succès de la filière. A ce titre, les néonicotinoïdes, le glyphosate et plus largement les produits de santé végétale et les moyens de production sont des enjeux clés sur lesquels la CGB est largement investie aux côtés de l'interprofession et de la FNSEA au travers du Contrat de Solution. 
Le dialogue est dans l'ADN de la CGB. En amont de l'exclusion des coopérateurs, le président de la CGB a proposé un échange approfondi au président de Tereos pour éviter d'en arriver à cette extrémité. Cela a été sans suite. 
Ainsi, le bureau de la CGB remercie Tereos de son invitation à travailler main dans la main sur les vraies questions qui préoccupent les planteurs. Il souhaite pouvoir rencontrer dès que possible les membres du Conseil de Surveillance de Tereos.
Ne cherchons pas la division là où elle ne doit pas être. La conjoncture est actuellement difficile, mais soyons convaincus que c'est ensemble que betteraviers et sucriers continueront à bâtir les conditions de succès pour l'avenir de notre filière.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Pauline Amisse, équithérapeute
D'abord assistante sociale et cavalière depuis l'enfance, Pauline Amisse a rapproché ses deux mondes pour devenir équithérapeute.
Miellerie Véron : l’apiculture, c’est à 70 % le travail de l’apiculteur
Apiculteurs professionnels, Sébastien et Nathalie Véron font transhumer une partie de leurs 1 300 colonies en fonction des…
Publicité