Aller au contenu principal

Plus que jamais la CGB encourage un dialogue apaisé dans la filière sur les vrais sujets : l'exclusion de betteraviers en est justement un !

Le bureau de la CGB a pris connaissance du Communiqué de Presse de Tereos en date du 23 août critiquant les positions du syndicat qui s'opposait à la récente exclusion de trois agriculteurs de leur coopérative. Tereos incrimine dans cet écrit la CGB de ne pas traiter les vraies questions, de ne pas respecter ses processus électifs, tout en dévalorisant l'action du syndicat et lui reprochant de ne pas répondre à ses invitations au dialogue. Prenons la bonne hauteur sur les enjeux !

Malgré la conjoncture difficile, la CGB rappelle son investissement sans faille au service des 26 000 planteurs et d'une filière betterave-sucre française d'excellence ; et cela dure depuis 1921, date de création du syndicat. C'est ainsi que la CGB est fière d'avoir participé à la construction de la coopérative Tereos qui est aujourd'hui un des leaders de l'agroalimentaire français au service des agriculteurs.
C'est également au travers de cet investissement pour la réussite de la filière, que la CGB souhaite que les difficultés ne soient pas traitées par l'invective ou l'exclusion mais bien par la mise en oeuvre d'un dialogue constructif qui respecte le pluralisme des opinions. A ce titre, la CGB ne cèdera jamais sur l'exclusion injuste de betteraviers les privant d'une activité structurante pour leur exploitation. On parle bien là de « vraie question » essentielle au revenu de ces chefs d'entreprise. 
Cette question n'est évidemment pas la seule et il convient d'oeuvrer aux conditions de succès de la filière. A ce titre, les néonicotinoïdes, le glyphosate et plus largement les produits de santé végétale et les moyens de production sont des enjeux clés sur lesquels la CGB est largement investie aux côtés de l'interprofession et de la FNSEA au travers du Contrat de Solution. 
Le dialogue est dans l'ADN de la CGB. En amont de l'exclusion des coopérateurs, le président de la CGB a proposé un échange approfondi au président de Tereos pour éviter d'en arriver à cette extrémité. Cela a été sans suite. 
Ainsi, le bureau de la CGB remercie Tereos de son invitation à travailler main dans la main sur les vraies questions qui préoccupent les planteurs. Il souhaite pouvoir rencontrer dès que possible les membres du Conseil de Surveillance de Tereos.
Ne cherchons pas la division là où elle ne doit pas être. La conjoncture est actuellement difficile, mais soyons convaincus que c'est ensemble que betteraviers et sucriers continueront à bâtir les conditions de succès pour l'avenir de notre filière.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité