Aller au contenu principal

Accompagnement
PNR de la vallée de Chevreuse : des aides pour les agriculteurs et les équins

Le Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse a étendu son panel d'aides destinées au monde agricole et développé un volet d'aides en direction des équins.

Le Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse étoffe ses aides à destination du monde agricole avec un volet dédié au maraîchage et un autre aux circuits courts.
© M.G. - Horizons

C'est une petite révolution au sein du Parc naturel régional (PNR) de la Haute vallée de Chevreuse. Depuis quelques semaines, le nombre d'aides destinées au monde agricole s'est largement étoffé et un volet entier a également été créé à destination des structures équestres. À l'origine de ce projet, Etienne Dupont, président de la commission agriculture du PNR. L'élu souhaite avant tout accompagner l'ensemble des structures agricoles et équestres d'un territoire, sans distinction. « Le PNR a parfois souffert d'une image erronée, nous ne sommes pas des ayatollahs verts, lance Etienne Dupont. Nous sommes là pour écouter et aider tout le monde, j'insiste là-dessus ».

Aides à l'agriculture

Si quelques aides existaient déjà pour les agriculteurs installés sur le territoire du Parc comme la prise en charge de fournitures pour la mise en place de clôtures, le coût lié au bardage bois des bâtiments agricoles, la plantation d'arbres ou la création de mares, le PNR de la Haute vallée de Chevreuse a décidé cette fois de développer de nouvelles aides à destination du maraîchage et des circuits courts.

Ainsi, le Parc propose désormais un accompagnement financier pour la réalisation de forage (60 % du montant hors taxes avec un maximum de 7 500 euros), pour l'acquisition de serres agricoles (60 % du montant hors taxes avec un maximum de 5 000 euros) et pour l'achat du petit matériel de maraîchage (60 % du montant hors taxes avec un maximum de 5000 euros).

Deux aides pour les circuits courts voient aussi le jour. L'une sur l'acquisition de panneaux d'enseigne et de pré-enseigne (50 % du montant hors taxes avec un maximum de 2 500 euros) et l'autre sur les investissements liés à la mise en place d'un point de vente à la ferme (50 % du montant hors taxes avec un maximum de 2 500 euros).

À noter également, la création d'un nouvel accompagnement pour les éleveurs avec la subvention de matériel d'élevage comme un épandeur à fumier ou une bétaillère (40 % des fournitures hors taxes avec un maximum de 12 000 euros.

Aides destinées aux équins

L'annonce avait été faite en novembre au Haras des ­Bréviaires (Yvelines) lors d'une réunion d'information qui avait réuni les éleveurs, le Parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse développe, après une étude menée sur son territoire pour affiner la connaissance des structures équestres, un catalogue d'une quinzaine d'aides destinées aux structures équestres. « Il n'existait rien de tel sur le territoire du Parc alors que le cheval y est largement présent, souligne Etienne Dupont. Les équins n'ont pas tellement l'habitude d'être accompagnés, c'est donc une possibilité nouvelle qui s'offrent à eux aujourd'hui. Nous les invitons à nous solliciter sans retenu. En plus des aides créées, nous organiserons aussi des demi-journées de formations thématiques ».

Si l'on retrouve quelques aides du monde agricole comme la signalétique, la plantation d'arbres ou la création de mares, d'autres aides sont spécifiquement tournées vers les activités équestres : matériel de gestion des crottins (60 % pour les fournitures hors taxes avec un maximum de 2 500 euros), minuteurs pour l'arrosage des carrières (60 % du montant hors taxes avec un maximum de 2 500 euros) ou encore la réhabilitation des fumières (60 % du montant hors taxes avec un maximum de 15 000 euros).

À l'occasion de ce projet pour les équins, le Parc s'est associé au label Equures « Environnement et bien-être animal ». Le premier diagnostic pour obtenir ce label est pris en charge à 100 % par le PNR, qui a décidé d'attribuer une bonification de 10 % sur certaines aides aux structures qui seront labellisées (signalétique, stabilisation des sols, matériel de gestion des crottins…).

Du côté des formations, trois devraient être proposées dans le courant de l'année, sur les traitements antiparasitaires, l'alimentation du cheval au box et la gestion des prairies.

+ d'infos :

Liste des aides ici.
Pour plus d'informations, contacter Flore Lenglet, chargée de mission agriculture au PNR, au 01.30.52.09.09 ou au 06.71.27.01.38 ou par mail à ­f.lenglet@parc-naturel-­chevreuse.­fr.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Vendredi 28 octobre, à la préfecture de Melun. Anne-Gaëlle Blanc, de l'OFB, Bruno Mollot, de la FDC 77, et Brice De Bisshop, éleveur et représentant de la FDSEA, sont intervenus dans le cadre des nouvelles restrictions concernant la grippe aviaire.
Grippe aviaire en Seine-et-Marne : restrictions sur la chasse
Alors que le niveau de risque de grippe aviaire devrait prochainement passer à « élevé » sur tout le territoire, une nouvelle…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Lundi 24 octobre, à Chartres. Pour la plateforme Sur le champ	! co-­présidée par Éric Thirouin et Éric Brault, l'enjeu est de gagner le marché de la ­restauration collective.
Sur le champ ! en manque de restauration collective
La SCIC* qui gère la plateforme Sur le champ ! a organisé, le 24 octobre à Chartres, son assemblée générale annuelle, suivie d'…
Publicité