Aller au contenu principal

Portes ouvertes à la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel

À l’occasion de la 5e édition de la journée mondiale du lait, la Laiterie de Saint-Denis-de-L’Hôtel ouvrait ses portes au public jeudi 31 mai

© Sabrina Beaudoin

À l’occasion de la 5e édition française de la journée mondiale du lait, la laiterie de Saint-Denis-de-L’Hôtel (LSDH) a ouvert ses portes au public, jeudi 31 mai. L’objectif était de faire découvrir les coulisses de la laiterie.
Du 26 mai au 9 juin 2018, huit laiteries en France, vont ouvrir leurs portes aux consommateurs. LSDH faisait partie du dispositif en ouvrant ses deux usines celle de Saint-Denis-de-L’Hôtel, le 31 mai et celle de Varennes-sur-Fouzon, le 1er juin.
Jeudi 31 mai, 840 personnes se sont donnés rendez-vous à Saint-Denis-de-L’hôtel. « C’est une belle édition, c’est plus que d’habitude, tous les créneaux de visites étaient pris » assure Mélanie Poteau, chargée de communication à LSDH. Par groupe de 15 personnes et avec un départ toutes les 10 minutes, les visiteurs restaient près d’1 h 15 dans l’usine et pouvaient poser des questions. Ce sont les salariés de l’usine qui faisaient la visite.
Le tourisme industriel bat son plein. De 9 h à 17 h 30, horaire de la dernière visite, les consommateurs ont répondu présents. « On a beaucoup parlé de nous avec le lait « C’est qui le patron », nous sommes investis localement, c’est une entreprise à laquelle les gens sont attachés même s’il n’y travaille pas » souligne la chargée de communication.
Durant la visite, les consommateurs ont pu voir comment un liquide alimentaire était collecté, puis conditionné. « Nous leur avons montré la ligne bouteille, les lignes carton, la R&D, les tanks, la préparation process, l’atelier frais, les stocks, les expéditions. Ils ont eu un aperçu de l’ensemble de la chaîne de production » précise-t-elle.
Pour rappel, la journée mondiale du lait sert à montrer les coulisses de la production de lait, le travail en amont et en aval, la technologie, les hommes et les femmes qui y travaillent, tout le savoir faire français. Pour reconnaître les briques et les bouteilles de lait 100 % Made in France, c’est simple, les consommateurs peuvent se fier au logo « Lait collecté et conditionné en France ». Ce logo leur garantit un lait issu de vaches uniquement élevées en France et conditionné par une laiterie française.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité