Aller au contenu principal

Trop d'eau
« Pour éviter de ne pas semer du tout... »

Quelles sont les conséquences des précipitations sur les récoltes en cours et sur les semis des cultures d'hiver ? Xavier Girard, ingénieur agronome, propose des solutions.

© Loiret agricole et rural

Loiret agricole et rural : Quelles sont les conditions climatiques actuelles et quelle influence exercent-elles sur les récoltes en cours et sur les semis des cultures d'hiver ?

Xavier Girard : Les conditions climatiques sont absolument exceptionnelles puisque nous sommes à près de 300 mm de précipitations sur l'automne : c'est deux à quatre fois ce qui tombe d'habitude. Sur l'année, on risque d'être à 1.000 mm, soit 60 % de plus que les quantités d'eau habituelles. Au printemps, nous avions déjà eu une pluviométrie importante : un phénomène qui s'est amplifié à l'automne. Cela soulève des problématiques de récoltes : on estime que 30 % des betteraves ne sont pas encore récoltées. Or celles-ci sont situées dans les parcelles les plus difficiles à récolter, dans les terres les plus argileuses. Une bonne part des maïs, dans l'Est du département et le Giennois-Puisay, n'est pas non plus récoltée (40 à 50 %). Qui dit récoltes pas faites dit semis de blé impossibles à faire ! Lorsque les récoltes ont pu être faites, la pluviométrie a été tellement importante que les parcelles sont difficiles à reprendre pour semer du blé.

LAR : À combien peut-on estimer le retard des semis de blé ?

X.G. : C'est difficile à dire. Beaucoup d'orges d'hiver ne seront pas semées : des agriculteurs ramènent leurs semences à leur coopérative. Sur les blés, c'est un peu tôt pour donner un chiffre car s'opérera un transfert entre des variétés alternatives et des variétés d'hiver. Avec des retards de trois semaines à un mois et des semis qui ne seront pas faits.


Lire la suite dans la version papier de notre édition du vendredi 22 novemebre 2013.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité