Aller au contenu principal

Precea  : allier vitesse et précision du semis

Le constructeur Amazone a lancé le 1er septembre son nouveau semoir monograine, Precea. Une gamme qui se veut un «  équilibre entre vitesse, précision et confort  ».

Mardi 1er septembre, sur son site d’Auneau, Amazone organisait le lancement français de sa nouvelle gamme de semoirs monograines  : Precea.

Si ses prédécesseurs étaient surtout tournés vers le marché allemand, Precea a été pensé pour le marché français, «  premier marché en Europe en termes de monograines et très diversifié, donc ayant besoin de semoirs polyvalents  », explique Philippe Goumin, directeur de produits.

La gamme compte quatre modèles  : le Precea 3000 (3 m de large, châssis rigide, 4 à 6 éléments semeurs), sa variante compacte Precea 3000-A combinée avec un outil de préparation du sol, le Precea 4500 (4,50 de large, châssis rigide, 5 à 8 éléments semeurs) et le Precea 4500-2, qui dispose d’un châssis télescopique simple, double ou variable.

Pour ces machines, la variante Super propose un entrainement électrique de la sélection des grains, et une vitesse maximale de 15 km/h, une haute vitesse pour un monograine  !

La variante Special est quant à elle «  plus dégraissée, plus simple, accessible aux plus petites exploitations tout en conservant les techniques de la gamme  », précise Philippe Goumin. L’entraînement est alors mécanique, avec des arbres flexibles plutôt que des chaînes, pour «  assurer une bonne régularité jusque 12 km/h  ».

Les éléments semeurs permettent un inter-rang de 45 à 80 cm, sont munis d’une trémie de 55 litres (70 litres en option), sont adaptés aux semis de maïs, tournesol, betteraves à sucre, colza, soja, sorgho, féverole et pois, ceci en semis après labour, mulch ou semis direct.

L’innovation centrale de Precea, c’est son système de sélection du grain par surpression, qui permet un semis précis même à grande vitesse. Un flux d’air plaque la graine sur un disque perforé. Les graines passent devant un sélecteur, le surplus est éjecté, un capteur optique contrôle la sélection et affiche les défaut sur le terminal du tracteur.

Puis la pression d’air est stoppée et la graine est propulsée de la canule vers la ligne de semis.

L’implantation est faite par une unité à double disque PreTeC et une roulette de réception, empruntée à la gamme EDX, qui plaque chaque graine dans le fond du sillon. La pression d’enterrage peut atteindre 220 kg par élément semeur en réglage mécanique, et jusque 400 kg avec la commande hydraulique.

Cela permet «  une bonne stabilité des éléments semeurs à haute vitesse  », assure-t-on à Amazone, «  sans avoir à beaucoup préparer le sol avant le semis  ».

Avec Precea, le constructeur a développé un nouveau système de fertilisation localisée  : FertiSpot, disponible sur les machines estampillées «  CC  ». Il ne s’agit plus d’apporter de l’engrais en continu sur toute la ligne de semis  : une portion de produit est attrapée par un doigt-cuiller rotatif et projetée au niveau de chaque grain.

«  Cela permet d’optimiser la fertilisation, précise Philippe Goumin. En engrais 18-46, on peut arriver à une économie de 25  %. Et cela réduit le risque de lessivage  ».

Testée en pré-série en 2020, la gamme Precea sera disponible à l’achat en 2021.

Laure Sauvage

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité