Aller au contenu principal

Precifield : lancement d’une nouvelle plate-forme web

Implantée à Vinantes, la société Precifield participe au Sima pour la première fois dans le village des start-up, hall 4.

Vinantes, jeudi 14 février. Une partie de l’équipe de Precifield, dont les deux fondateurs, avec des scanners dont celui de droite destiné au secteur de la vigne, une nouveauté 2019 pour la société.

Fondée en 2017 par deux ingénieurs en agriculture, Alexandre Weil et Rémi Pelletier, qui ont travaillé dans l’agrofourniture durant une quinzaine d’années, Precifield est née d’un constat : la numérisation du sol en agriculture est en retard alors que cette connaissance est nécessaire pour l’agriculture de précision.

L’entreprise, implantée à Vinantes, au sein de l’exploitation de Rémi Pelletier, propose aux exploitants agricoles un diagnostic complet de leur sol à travers la réalisation de sept cartes (topographie, texture, matière organique, pH, zones de potentiels homogènes, teneurs en potassium, et teneurs en phosphore).

Ces cartes sont mises à disposition de l’exploitant sur une plate-forme web compatible avec la majeure partie des consoles présentes sur le marché. L’entreprise compte aujourd’hui cinq personnes et sera présente pour la première fois au Sima.

À cette occasion, Myprecifield, version 2 de la plate-forme web, sera lancée. Elle permet de visualiser la biomasse d’une parcelle via une image du satellite Sentinel et offre ainsi la possibilité d’aller plus loin dans la cinétique de croissance des végétaux en plus de la connaissance du sol.

Ce nouvel outil permet d’établir des corrélations entre la biomasse et d’autres critères.

« Notre présence au Sima est l’occasion de présenter notre activité qui utilise des techniques nouvelles, mais c’est aussi un lieu de rencontre avec nos différents partenaires, explique Alexandre Weil. Nous utilisons des scanners importés des États-Unis équipés pour réaliser simultanément quatre mesures : électro-conductivité du sol, matière organique par lecteur optique, sonde pour pH et GPS pour la topographie et le géoréférencement. »

L’entreprise propose également à ses clients des conseils en modulation intra-parcellaire (semis, gestion des engrais, chaulage, azote, produits phytosanitaires…). 

Les deux fondateurs estiment que cet outil permet, par exemple, une économie de 20 à 30 euros/hectare en fertilisation PK, 8 % d’économie de semences de betteraves pour un abonnement annuel de 360 euros (accès illimité à la plate-forme). Les prestations sont facturées à l’hectare. « Certains nous demandent des cartes de préconisations, d’autres préfèrent réaliser leurs propres cartes, l’objectif étant que l’agriculteur s’approprie ses cartes », note Rémi Pelletier.

Precifield sera présent au Sima dans le hall 4 (village des start-up) et présentera un exemplaire des huit scanners qu’il possède dans l’Hexagone sur le stand Horsch.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité