Aller au contenu principal

Prélever et analyser la terre pour mieux agir

Rencontre avec Éric Braux, de France prélèvements. Dans le cadre d’une action mise en place par la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, cette entreprise privée a réalisé des prélèvements d’échantillons de terre pour les agriculteurs qui le souhaitaient.

Les échantillonnages sont réalisés à l’aide d’un quad équipé pour les prélèvements.

Horizons : Quelle est votre activité ?

Éric Braux : Nous sommes une entreprise spécialisée dans le prélèvement de terre pour les analyses de terre agricoles, viticoles et les reliquats azotés. Nous sommes basés dans le sud du département de l’Aube à côté des Riceys et notre rayon d’action se situe sur le grand Nord de la France. Nous travaillons en grande partie en prestations de service pour les laboratoires d’analyses, les coopératives agricoles et les négoces, ainsi qu’en sous-traitance pour des laboratoires comme celui de la CA 41.

Comment se sont déroulés les prélèvements dans le Loir-et-Cher ?

Les prélèvements pour la CA 41 ont eu lieu la première semaine de février. Le secteur s’étendait dans le carré Blois–Vendôme–Orléans–Arrou. Durant trois jours, nous avons prélevé dans une soixantaine de parcelles appartenant à une vingtaine d’exploitants. Le type de sol de cette région est en majorité du limon sableux et du limon argileux, ce qui permet un carottage assez facile. De plus, les conditions climatiques ont été plutôt bonnes.

Quel est le dispositif mis en place ?

Le principe est simple, la CA 41 envoie une proposition de prélèvement pour le reliquat à ses adhérents, les agriculteurs intéressés passent leur commande, puis une tournée est organisée avec la prise de rendez-vous chez les agriculteurs. Par la suite, les prélèvements sont réalisés avec un repérage GPS des parcelles afin d’avoir une traçabilité et les échantillons récoltés sont congelés puis acheminés au laboratoire. Le temps entre le prélèvement et le résultat n’excède pas, en général, dix jours.

Pourquoi passer par un prestataire ?

Notre premier engagement est fondé sur la qualité du prélèvement que nous apportons à notre clientèle (entre 150 et 200 analyses par jour). La méthodologie de prélèvement propose deux méthodes qui sont toutes deux contraignantes et qui peuvent s’avérer physique. La plus courante est une diagonale réalisée dans la parcelle avec 10 à 12 prélèvements dans la longueur. Afin d’être fiable, la réalisation du reliquat azoté nécessite certaines précautions au moment de l’échantillonnage, en matière de conservation et d’acheminement jusqu’au laboratoire. La chambre d’Agriculture de  Loir-et-Cher organise cette prestation pour permettre aux agriculteurs de faire réaliser leurs prélèvements (obligatoires en Zones vulnérables). L’intérêt final reste l’utilisation des résultats pour réaliser un plan de fumure au plus juste.

Découvrez ci-dessous comment sont réalisés les prélèvements (vidéo : France Prélèvements SARL) :

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité