Aller au contenu principal

Première journée des partenaires Osons l’élevage

Le 27 septembre à Châteauneuf-sur-Loire, la chambre d’Agriculture a réuni ses partenaires engagés dans la charte Osons l’élevage dans le Loiret.

Lancée en janvier 2021 par la chambre d'Agriculture du Loiret, le projet Osons l'élevage a pour objectif de préserver les ateliers d’élevage existants et de développer la polyculture-élevage dans les territoires. Un peu plus d'un an après, la chambre d'Agriculture a organisé une journée dédiée aux partenaires de la charte, mardi 27 septembre, pour qu'ils puissent échanger, faire part de leurs retours et construire ensemble les actions à venir.

Afin de structurer cette rencontre, la journée a été divisée en deux parties. Le matin, les partenaires ont pu visiter l'élevage en bovin viande du Gaec Prud'homme, qui les accueillait, et ainsi échanger entre filières.

L'après-midi était quant à lui consacré aux ateliers participatifs afin de répondre à une problématique majeure : quelles sont les actions à mettre en place pour le développement de l'élevage dans le Loiret ? « Le maintien de l'élevage et le développement de la polyculture-élevage sont des objectifs majeurs pour notre mandature, a souligné Jean-Marie Fortin, président de la chambre d'Agriculture du Loiret. Nous sommes convaincus que dans le temps, et sans ignorer les problèmes conjoncturels actuels, il s'agit d'un moyen de résilience pour les exploitations loirétaines. Le département possède de véritables atouts, avec un potentiel fourrager et céréalier pour une alimentation quantitative et qualitative indéniable. Il subsiste également des lieux d'abattage importants, reconnus, et qui continuent d'investir. Le Loiret peut compter sur la présence de filières structurées ainsi que sur un réseau de conseils et d'expertises. Enfin, nous sommes proches du plus gros bassin de consommation de France : l'Île-de-France, avec 16 millions de consommateurs. Refuser de telles opportunités pour notre département agricole serait une erreur certaine face aux différents enjeux de transitions qui se profilent ».


Témoignage : Jason Bouclet n'a pas eu peur de s'installer en polyculture-élevage

Installé depuis 2019 sur une exploitation en polyculture-élevage à Fay-aux-Loges, Jason Bouclet n'a jamais douté. À 26 ans, il reprend 50 % du Gaec des Maisons Pavées à un des deux associés sortants. « Dès mon installation, il a fallu investir dans des machines à traire, précise le jeune homme. Nous avons donc réalisé des travaux et bénéficié d'un Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations (PCAE). Mon installation récente nous permettait d'obtenir des points supplémentaires pour recevoir des aides de l'Europe. Grâce à ça, nous avons pu développer cette activité en renouvelant nos machines ».

Aujourd'hui, Jason Bouclet travaille avec un associé et un salarié à mi-temps pour s'occuper de 95 vaches laitières prim'holstein sur 180 hectares, dont 60 sont irrigués. « J'ai grandi à seulement un kilomètre de l'exploitation. J'ai fait mes études en agriculture et effectué mes stages dans cette ferme. Cet apprentissage nous a appris à travailler ensemble. L'élevage ne m'a jamais fait peur. Lorsque l'on évolue dans cette filière, on appréhende certainement moins de s'y lancer sans réelle expérience. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité