Aller au contenu principal

Près de 71 dossiers incendies de récoltes ont été ouverts

Les incendies se multiplient dans le Loiret et en région Centre avec la canicule.

© Stéphane Leitenberger

Groupama Paris Val de Loire a été vivement sollicité en ce début de moisson. La pluie est au banc des absents depuis près de deux mois et la sécheresse s’installe. En plus, avec un thermomètre frôlant régulièrement les 40°C à l’ombre, les incendies se sont multipliés dans la campagne. La moisson est à peine commencée mais on compte déjà de nombreux matériels agricoles brûlés, des chargements de pailles endommagées, des centaines d’hectares (sur pieds ou chaumes) parties en fumée…

15 dossiers dans le Loiret

Groupama Paris Val de Loire précise, fin de semaine dernière, que 71 dossiers incendies de récoltes ont été ouverts suite aux fortes chaleurs.15 dans le Loiret, 20 dans l’Yonne. Les secteurs du Loiret les plus touchés sont sur les communes de Courtenay, Château Renard, Nogent sur Vernisson et Chatillon Coligny. Du coup, les experts agricoles et commissions locales petits sinistres de Groupama Paris Val de Loire sont mobilisés sur le terrain aux côtés des sociétaires pour évaluer les dommages.

«Nous sommes en présence de conditions exceptionnelles de sécheresse (taux d’humidité très bas), températures élevées, notamment l’après-midi au moment où ces conditions sont extrêmes. Ainsi, la paille qui est sur-séchée peut s’embraser très rapidement par l’envolée d’une escarbille incandescente (exemple : sortie de pot d’échappement d’un véhicule) ou au contact d’une surface chaude (exemple : frottement, pot d’échappement au contact des chaumes)» précise Estelle Escamilla,  Responsable Communication chez Groupama Paris Val de Loire.

Si le feu ne peut pas être évité, il peut être limité. «En préventif, une fois que le bon entretien et nettoyage de la machine ont été effectués, on ne peut agir que sur la gravité, c’est-à-dire la limitation de la propagation du feu, en effectuant les opérations suivantes : dans les grandes parcelles, réaliser dès le début du chantier des bandes pare-feu de 4 à 5 largeurs de machines (exemple : déchaumage), exercer une surveillance accrue durant les heures de fonctionnement de la moissonneuse-batteuse, avec des moyens en eau complémentaires aux extincteurs (exemple :
tonne à eau attelée à un tracteur). Le succès de l’intervention dépendra de la rapidité de l’intervention» poursuit le service communication de Groupama Val de Loire.

Privilégier le travail de nuit

Avec la canicule, il était préférable de travailler «à la fraîche», beaucoup ont privilégié le travail de nuit. Le matériel souffre un peu moins et le travail effectué peut être d’une meilleure qualité (exemple : la paille se brise moins la nuit lors du pressage).

En général, c’est plus souvent au moment du pressage de la paille que les incendies se produisent. Les roulements de la presse chauffent et même si l’agriculteur fait souvent le tour de la machine pour vérifier l’état général, le feu peut se déclarer d’un coup sans laisser aucune chance à la presse. Le travail de pressage peut aussi jouer sur le stockage de la paille. Si un ballot de paille (foin surtout) a été réalisé dans de mauvaises conditions, ce dernier peut chauffer et s’embrasser alors qu’il est stocké dans un hangar.

Protéger ses bâtiments contre l’incendie...

... Voir l'article complet dans notre édition papier du 10 juillet 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Publicité