Aller au contenu principal

Quand Chartres s’illumine

La 15e édition de Chartres en Lumières invite à (re)découvrir la ville sous un angle étincelant. Chartres veut vous éblouir.

Chaque année, la ville de Chartres organise une grande opération de valorisation du patrimoine qui dure six mois, sept jours sur sept : Chartres en Lumières.

S’il y a un moment dans l’année où il faut venir visiter la capitale eurélienne, c’est bien pendant cet événement qui n’en est pas à son coup d’essai car il s’agit de la 15e édition. Déjà plus de 14 millions de spectateurs ont pu apprécier les précédentes.

Depuis le 14 avril, et jusqu’au 13 octobre, tous les soirs vingt-quatre sites sont illuminés de scénographies, animées pour la plupart. La célèbre cathédrale bien sûr (sur ses trois portails), la médiathèque, le théâtre, le musée des Beaux-Arts, mais aussi églises, places, ponts et lavoirs...

Les scénographies font appel à la technique du vidéo-mapping. Ces vidéos s’appuient sur les lignes architecturales des monuments et une petite histoire se déroule, accompagnée d’une bande-son. Des petits spectacles à découvrir au fil d’une balade dans la ville ou à « picorer » au gré des jours et de ses pérégrinations.

Il y a même des scénographies interactives, comme celle des halles de la place Billard où les lumières diffusées au sol suivent le public qui se déplace. Il va sans dire que les enfants adorent. Ou encore depuis cette année à la chapelle Sainte-Foy. Là, grâce à un écran tactile, les visiteurs peuvent créer eux-mêmes le décor qui sera projeté sur la façade.

La renommée de Chartres en Lumières dépasse nos frontières et c’est devenu la plus grande opération de valorisation du patrimoine par la lumière au monde. Une référence internationale maintenant reconnue par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (label Pact3).

Afin de profiter du spectacle au mieux et selon ses envies (à pied, à vélo, en petit train ; voir tout ou seulement les « immanquables »...), des parcours ont été mis en place. On peut les retrouver sur l’application dédiée, gratuite, ou sur le site www.chartresenlumieres.com.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité