Aller au contenu principal

Enseignement
Quatre étudiantes aident les femmes en difficulté du Bercail

Des élèves en BTS STA de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont fait preuve de solidarité envers les femmes en difficulté hébergées au Bercail, en leur donnant des kits hygiène.

La vision du film Les Invisibles, de Louis-Julien Petit (2018) a créé un déclic pour quatre étudiantes en BTS Sciences et technologies des aliments de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye, émues par la montée de la précarité et par les femmes qui en sont souvent les victimes oubliées.

Aussi, dans le cadre d'un Projet initiative et communication (Pic), sous la houlette de leur professeur Florence Paillart, elles ont souhaité venir en aide à des femmes en difficulté hébergées au Bercail, à Chartres, un foyer porté par les Apprentis d'Auteuil. 

Aider plus de femmes

Léa, Marie-Hélèna, Nitharshana et Angelina ont eu l'idée de confectionner des kits hygiène très complets pour ces femmes.

Elles ont réuni la somme nécessaire auprès du lycée et de l'Alesa, l'association des élèves, pour en préparer une vingtaine et vont poursuivre cet effort pour en refaire d'autres. Elles souhaitent aider le plus de femmes possible...

Ensuite par l'intermédiaire de la Banque alimentaire d'Eure-et-Loir, elles sont entrées en contact avec le Bercail et une remise de ces kits a été organisée le 26 mars, au sein du lycée. Deux mamans sont venues témoigner à cette occasion.

« Beaucoup de ces femmes du Bercail sont étrangères et ont été obligées de quitter leur pays. Elles étaient victimes de violences conjugales ou ont subi des mariages forcés, relatent les étudiantes. Souvent elles partent avec leurs enfants et se mettent en danger. Le Bercail les aide en les aidant à obtenir des papiers, de l'aide judiciaire, un avocat... Cette rencontre nous a enrichies et touchées. Le plus étonnant a été de voir leur positivité. La force du Bercail c'est la solidarité, elles sont très soudées ».

Ces femmes ont d'ailleurs invité les étudiantes à venir au Bercail, histoire de perpétuer le lien tissé entre elles...

Photo : le 26 mars, à Sours. Quatre étudiantes en BTS STA de La Saussaye ont remis des kits hygiène aux femmes en difficulté hébergées au Bercail.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité