Aller au contenu principal

Pulvérisation
R4140i : un automoteur « précis et confortable »

Les nouveaux pulvérisateurs automoteurs de John Deere, les séries R4140i et R4150i, sont équipés des dernières avancées technologiques. Les agriculteurs peuvent opter pour la pulvérisation par pulsation développée par la marque, l'ExactApply.

Chez John Deere, les nouveaux automoteurs sont les séries R4140i (cuve de 4 000 l) et R4150i (cuve de 5 000 l). La concession Lhermite agri a vendu ses premiers exemplaires l'an dernier. Le premier a été livré cet automne à David Lavenant, agriculteur à Neauphle-le-Vieux (Yvelines).

Il nous présente sa dernière acquisition, un R4140i de 6 cylindres (6,8 l) avec rampe en carbone de 36 m, PowrSpray et ExactApply (voir article Technologie dans cette page), avec laquelle il a réalisé la protection de ses cultures d'automne.

David Lavenant exploite 500 hectares au total, dont 220 hectares en son nom. En 2016, il avait le projet de changer son automoteur Evrard qui datait de 1999. « Mais la mauvaise moisson m'a fait différer l'investissement, et les années suivantes j'ai dû renouveler d'autres matériels. Finalement je ne regrette pas d'avoir attendu un peu, je peux bénéficier des dernières avancées technologiques. »

Il faut dire que l'agriculteur est très pointu sur la question du matériel. « L'automoteur, c'est un grand confort d'utilisation : pas besoin d'atteler et de dételer. Si j'avais opté pour un pulvérisateur traîné, j'aurais dû investir aussi dans un tracteur. Le montant de l'investissement total s'approchait du prix d'un automoteur. » Il a passé dix-huit mois à comparer les différents modèles et a suivi des démonstrations pour faire son choix.

« Le confort de travail est très important pour moi. Par exemple, la cabine de l'automoteur est centrale par rapport au châssis, ce qui permet de voir la rampe juste en tournant la tête, sans se retourner », affirme David Lavenant. En cabine, les équipements sont nombreux : console de bord, GPS, levier multifonction… La cabine de catégorie IV avec pressurisation, les filtres au charbon actif permettent « qu'aucune poussière, aucun produit ne rentre à l'intérieur ».

Pulvé John Deere
La cabine de classe IV, pressurisée, permet un grand confort de travail selon l'agriculteur.

Pour parfaire le tout, « les suspensions sont bonnes », assure l'agriculteur.

Le plus grand changement pour David Lavenant, c'est la rampe arrière. « Avec la rampe avant, je voyais toute la rampe quand je travaillais. C'est plus précis et je voyais quand un jet était bouché. Mais avec l'ExactApply, le système détecte et signale un jet bouché. » La rampe arrière présente, selon l'agriculteur, beaucoup d'avantages : « C'est un grand plus pour la santé du conducteur.

Comme la pulvérisation se fait à l'arrière, les roues ne sont pas imprégnées de produit. Je n'ai plus de problème lorsque je pulvérise des herbicides en passant d'une culture à l'autre ».

L'option rampe en carbone permet d'alléger l'automoteur d'une tonne. « Certes, cela a un coût, mais le poids mort sur le châssis est moindre, il souffre moins. L'intérêt est aussi pour les terres. L'appareil est plus léger, plus stable et fait moins d'ornières », souligne l'agriculteur. Autre intérêt de la rampe carbone : « Elle est d'une grande stabilité, ne fouette pas. Il y a deux bras et leur extension, elle est plus stable », précise David Lavenant.

Pulvé John Deere
La hauteur de l'automoteur (3,70 m) était décisive pour qu'il puisse rentrer dans son bâtiment isolé.

Le PowrSray optimise les opérations de remplissage, de pulvérisation et d'agitation. Pour remplir la cuve, le débit est de 1 200 l/min. « C'est un gain de temps important, le remplissage se fait en trois-quatre minutes pour une cuve de 4 000 l contre vingt minutes pour la cuve de 2 800 l de mon ancien automoteur », souligne-t-il. Le débit de pulvérisation est de 800 l/min.

Ce dispositif permet d'avoir une variation de débit très rapide : « On n'a plus la latence de 20-30 secondes pour remettre le bon débit. Là, c'est 2-3 secondes », poursuit l'agriculteur.

Autre avantage, l'Air Rince, un rinçage à l'air par compresseur sur l'appareil. « Pour pré-nettoyer, on vide les volumes morts grâce à l'air comprimé qui permet de les ramener dans la cuve. On les pulvérise, puis on met en route automatiquement le rinçage à l'eau claire, poursuit-il. Du coup, un seul rinçage suffit ! », assure l'exploitant.

L'option voie variable permet de gérer l'écartement. En roulant, elle permet de faire varier l'écartement de 2 m à 2,70 m pour l'adapter aux parcelles et aux cultures, indépendamment à l'avant et à l'arrière.

David Lavenant se dit satisfait de son investissement. « J'ai 44 ans. C'est mon dernier achat de pulvé. Le matériel est fait pour durer, il ira jusqu'à ma retraite ! », conclut-il.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité