Aller au contenu principal

Enseignement
Recherche candidats désespérément

Les établissements d'enseignement agricole sont confrontés à une difficulté croissante : la pénurie d'enseignants.

Le LAP Sully, comme d'autres établissements, éprouve de grandes difficultés à recruter des enseignants.
Le LAP Sully, comme d'autres établissements, éprouve de grandes difficultés à recruter des enseignants.
© Horizons

2 ans et demi. C'est le temps qu'il a fallu pour recruter un professeur d'agroéquipement au Lycée agricole privé (LAP) Sully de Magnanville (Yvelines). Une situation qui est loin d'être un cas isolé. « Nous n'échappons pas à ce contexte global de pénurie d'enseignants, constate ainsi Yves Guy, directeur de l'Agrocampus de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). En ce moment, alors que nous sommes au mois de février, j'ai encore quelques heures de cours pour lesquelles la situation n'est pas satisfaisante ». Au Lycée Nature & services de Sannois (Val-d'Oise), c'est un professeur d'histoire qui manque. Ailleurs, ce sont des enseignants de mécanique ou d'agronomie. « Que ce soient des nouveaux professeurs ou des remplaçants, il est devenu très compliqué de trouver des candidats », soupire Sébastien Mingot, directeur du LAP Sully.

Diverses raisons

Plusieurs raisons se combinent pour expliquer cela. « Il y a un désamour envers le métier d'enseignant, encore plus en agriculture », constate Sébastien Mingot. Autre difficulté quasi insurmontable : la rémunération. « Trop faible pour payer un loyer ou rembourser un emprunt à proximité de nos établissements », estime Yves Guy. Pas assez compétitive face au privé : difficile de choisir un poste d'enseignement rémunéré 1 500 euros net pour un ingénieur qui gagnerait trois fois plus dans le privé.

Certes, il est désormais plus facile d'effectuer des remplacements rémunérés. Mais cela ne suffit pas, et n'est pas toujours souhaitable. Que dire d'un professeur de mathématiques qui assure à long terme des cours d'anglais, par exemple ? Alors les établissements se démènent pour essayer de séduire des candidats. Certains demandent aux parents d'élèves si une reconversion dans l'enseignement ne les tenterait pas. D'autres organisent des « job dating » pour recruter des contractuels. « Pour notre part, nous demandons à nos anciens élèves de revenir », raconte Sébastien Mingot, qui a réussi à en convaincre trois ou quatre. Les directeurs d'établissements misent non seulement sur d'éventuelles vocations, mais aussi sur les conditions d'emploi qui favorisent la vie de famille et l'autonomie d'organisation. Ils se montrent prêts à étudier toute candidature. Avis aux intéressés.

Cet article fait partie d'un dossier Enseignement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité