Aller au contenu principal

Récolte de pommes à cidre  : très bon cru

Installés à Giremoutiers (Seine-et-Marne), Antoine et Corinne Heusèle produisent des pommes à cidre dans un verger planté en partie d’anciennes variétés briardes.

Depuis plus de trente ans, un verger de pommes à cidre est implanté sur l’exploitation d’Antoine et Corinne Heusèle à Giremoutiers (Seine-et-Marne). Dix hectares de pommiers basses-tiges (nés de la recherche Inra pour moderniser les variétés en les rendant plus résistantes aux chocs et plus productives) ont été plantés avec l’appui technique de la chambre d’Agriculture entre 1989 et 1996.

«  Au départ, je souhaitais valoriser des parcelles peu adaptées aux grandes cultures  », explique l’exploitant qui s’est tourné au fil des ans vers d’anciennes variétés briardes telles que la Faro, la Reinette du Mans, la Datte.

La production est vendue à un industriel qui a changé plusieurs fois. Depuis l’entreprise Mignard à Bellot, plusieurs industriels se sont succédé.

Aujourd’hui, la production est achetée par la coopérative Agrial dont il est devenu associé coopérateur hors zone.

De fin septembre-début octobre à fin novembre, chaque semaine un camion vient charger la récolte. Les pommes sont récoltées à maturité. En début de campagne, il faut les faire tomber au sol, ce qui fut très peu le cas pour cette campagne, pour réaliser un bel andain de fruits qu’une machine, équipée d’un tapis, vient ramasser en séparant les feuilles des pommes.

Depuis trois ans, leur contrat contingente le volume à produire (moyenne historique moins 20  %), soit 185 tonnes à un prix défini qui évolue doucement, grâce notamment aux compléments de prix.

Un agréage a lieu à la récolte permettant un gain pouvant aller jusqu’à 6 euros/tonne par rapport à la note moyenne (et inversement - 4 euros/tonne).

«  Cette année, le verger n’a pas souffert du manque d’eau. Pour preuve, les feuilles sont encore présentes début novembre. Les fortes chaleurs ont ralenti la végétation et le verger a été épargné par les maladies et insectes  », souligne Antoine Heusèle.

Si en 2019 la récolte était nulle — au gel s\'étaient ajoutés des dégâts causés par des anthonomes —, en 2020 elle est pléthorique avec plus de 300 tonnes. Habituellement, le surplus de production est commercialisé sur des foires, marchés, crêperies.

Or, avec le confinement et la crise sanitaire, ce marché est réduit à néant. «  Nous allons devoir en laisser au sol. Nous envisageons également de faire un don aux associations caritatives notamment via Solaal  », souligne Corinne Heusèle, une partie du verger étant des variétés à deux fins (couteau ou jus ou cidre).

Le couple note «  qu\'au fil des années, il y a une dérive de la consommation de cidre vers du pétillant ou le jus de pomme pasteurisé. Si le cidre disparaissait, mon verger ne serait plus adapté  ».

Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité