Aller au contenu principal

édito
« Réforme de la Pac : les grandes cultures piétinées »

Philippe Heusèle, secrétaire général de l'Association générale des producteurs de blé et autres céréales (AGPB), s'exprime au sujet de la future Pac.

Philippe Heusèle
Philippe Heusèle.
© © L.G.-D.

« Depuis plusieurs mois, l’AGPB est mobilisée avec l’AGPM*, la CGB**, la FOP*** et la FNSEA pour préparer la prochaine Pac, et plus particulièrement sa déclinaison française, le Plan stratégique national (PSN), qui doit en fixer les différents curseurs et niveaux de paiements.

À raison d’innombrables réunions ou rencontres, nous avons écouté, suggéré, négocié et surtout alerté sur la situation difficile des grandes cultures. Nous avons pour objectif de proposer une Pac plus juste, plus équilibrée, et créatrice de valeur ajoutée pour nos exploitations agricoles.

Nous voulons surtout éviter que ne se reproduise le scénario des dernières réformes de la Pac qui a vu nos aides chuter à un niveau inférieur à la moyenne nationale. Ce sont 160 euros par hectare perdus pour les céréaliers depuis 2007. Une situation inacceptable qui pèse lourdement sur notre compétitivité et obère notre avenir.

Vous le vivez au quotidien : avec un revenu en moyenne équivalent à un demi-Smic par an, les céréaliers sont à bout de souffle. Notre ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, avait semble-t-il entendu notre détresse dans ce contexte de crise.

Et pourtant, il y a quelques jours, les premières orientations des services économiques du ministère (DGPE) sur le PSN ont été rendues publiques. Les mesures envisagées ne tiennent absolument pas compte de nos contraintes et de nos difficultés. Elles s’avèrent particulièrement éloignées du compromis porté par la FNSEA.

Avec ce qui est mis sur la table aujourd’hui, le risque d’un décrochage économique fatal pour les céréaliers est réel. Avec de telles orientations, une énième baisse de plusieurs dizaines d’euros par hectare d’aides directes seraient infligées aux céréaliers : une baisse tout bonnement insoutenable, avec à la clé, des revenus nuls.

Veut-on sacrifier sur l’autel de l’idéologie ou de la complaisance politicienne une filière céréalière qui joue un rôle considérable dans l’équilibre de notre balance commerciale ? Est-on prêt à provoquer des vagues de faillites, notamment en zones intermédiaires après avoir prétendu soutenir ces régions ? Pourquoi vouloir piétiner le compromis transmis par la FNSEA, sans que personne n’y trouve réellement son compte ?

Nos exploitations n’ont jamais été aussi engagées dans des modes de production soucieux de l’environnement. Nous pensons donc pouvoir prétendre à l’éco-régime nouvellement créé par l’Europe, notamment via la certification environnementale de niveau 2.

Cette orientation d’un éco-régime simple et accessible à tous qui nous paraît relever de l’évidence, n’est pour le moment pas celle retenue. Les propositions sur la table pourraient exclure l’essentiel des exploitations céréalières de cet éco-régime en le réservant à une ''élite'' peu nombreuse, dégrader notre compétitivité à l’exportation et annihiler nos efforts de création de valeur sur le marché français. Quel gâchis !

Notre devoir est de rappeler fermement ce que doit être la Pac : un outil économique qui accompagne la transition agroécologique, garantit la souveraineté alimentaire nationale et européenne et surtout permette aux producteurs, céréaliers compris, de vivre décemment de leur métier.

Soyons-en bien conscients : les quinze prochains jours sont décisifs pour notre avenir. Notre pleine mobilisation pour défendre notre futur est intacte et nous vous solliciterons dans les jours qui viennent pour mener des actions et faire valoir nos revendications. »

*Association générale des producteurs de maïs.

**Confédération générale des planteurs de betteraves.

***Fédération des producteurs d'oléoprotéagineux.

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité