Aller au contenu principal

Retour sur les manifestations anti-agribashing

Soixante-quinze tracteurs ont débarqué dans la rue Jeanne-d’Arc.

Il y a un an, à la suite de l’appel à mobilisation national de Jeunes agriculteurs et de la FNSEA, les JA et la FNSEA du Loiret avaient répondu présent pour exprimer leur ras-le-bol de l’agribashing.

Plusieurs actions syndicales avaient été menées durant l’automne 2019. Après s’être réunis devant les locaux de la Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Draaf) le 26 septembre 2019, les adhérents des deux syndicats s'étaient retrouvés rue Jeanne-d’Arc à Orléans pour former un cortège de tracteurs tandis qu’une délégation était reçue à la préfecture.

Puis le 8 octobre 2019, des barrages filtrants avaient été organisés sur cinq ponts de la Loire afin de sensibiliser les consommateurs sur l’enjeu de notre souveraineté alimentaire et sur les pratiques agricoles. La discussion avait ainsi pu être engagée et une distribution de produits locaux était venue compléter cette action coup de poing.

Un an après, Charles Perdereau, président de JA 45, commente : « La crise liée au coronavirus a eu un impact positif sur la prise en compte de l’agriculture française comme pilier d’une nation résiliente. Politiques, médias et concitoyens ont saisi l’importance de notre souveraineté alimentaire ».

Mais selon lui, « la partie n’est pas gagnée pour autant ». Il précise : « Nos réseaux doivent continuer à dialoguer et faire preuve de pédagogie pour (ré)instaurer un climat de confiance entre agriculteurs et consommateurs ».

Après avoir échangé avec Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, il s’estime rassuré : « Nous avons un ministre pragmatique qui connaît nos problématiques et les enjeux du monde agricole ».

Par ailleurs, l’enveloppe du plan de relance consacrée à la promotion des métiers de l’agriculture est « une opportunité qu’il faut saisir pour redorer notre image auprès du grand public ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité