Aller au contenu principal

Russell Boncey, peintre colorfield

Artiste-peintre français, d’origine britannique, Russell Boncey s’inspire de la nature pour réaliser ses œuvres.

Dès la première parole échangée, son délicieux accent nous ramène vers ses origines britanniques. En effet, Russell Boncey, artiste peintre installé à Recloses (Seine-et-Marne), petit village au cœur du massif forestier de Fontainebleau, est né dans le comté anglais du West Yorshire en 1959.

Il a posé ses valises en France depuis trente-six ans, à la suite de la mutation de son épouse, expert-comptable puis fiscaliste, en Alsace et ensuite en Seine-et-Marne.

Sa passion pour la nature date de son enfance «  dans un comté verdoyant aux landes escarpées où paissent les moutons  », comme il le décrit.

Professeur de lettres anglaises, il a travaillé notamment pour la chambre de Commerce internationale de Strasbourg (Bas-Rhin) avant de fonder sa propre structure de formation en langues étrangères.

En 2005, lorsqu’il s’installe en Seine-et-Marne, il décide «  de vivre sa passion inassouvie  : la peinture  ». Pour vivre de son art, il conseille «  d’avoir une seconde corde à son arc  », note l’artiste devenu citoyen français en 2014 et qui se dit fondamentalement européen. «  Le Brexit est une folie, une trahison.  »

Si l’environnement de la forêt et son immense jardin sont une source d’inspiration, il se rend régulièrement en Normandie, notamment dans le Cotentin, où certains espaces sont parfaitement préservés. «  La France compte de magnifiques paysages aux climats variés. Même les parcelles de culture ont sculpté le paysage et peuvent être sources d’inspiration, comme les anciennes carrières devenues des sites naturalistes  ».

«  Reste à contenir les villes  », souligne Russel Boncey pour expliquer sa motivation à intégrer l’Association des journalistes-écrivains pour la nature et l’environnement.

«  Un artiste se doit d’être ouvert et de capter les émotions pour les exprimer dans son art. Celui-ci est un lien structurel fort  », note celui qui a pour modèle l’école expressionniste, aussi appelée Colorfield. Étant aussi attiré par le romantisme, il a inventé une expression et se déclare «  narrative colorfield  ».

Pour peindre, il prend des photos et réalise des esquisses quelle que soit la météo, avant de les retranscrire au sein de son atelier à l’aide de gouache ou de peinture aux jaunes d’œufs. «  Avec l’âge, les couleurs se font parfois plus douces même si les couleurs vives transmettent mieux les émotions.  »

Durant son exposition à La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) jusqu’au 28 juillet, il accueille des scolaires. Son but  : éduquer le regard.

L. Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité