Aller au contenu principal

Salariés et employeur témoignent devant les stagiaires du CQP salarié agricole

L’opération « binômes », portée par la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir, s’est déroulée cette année du 9 au 18 janvier dans les établissements de l’enseignement agricole, comme au CFPPA de Chartres-La Saussaye avec les stagiaires du CQP.

Le 18 janvier, à Sours. Salariés et employeurs sont venus témoigner devant les stagiaires du CQP salarié agricole du CFPPA de La Saussaye.

Trois salariés agricoles et deux employeurs sont venus témoigner de leur expérience le 18 janvier au CFPPA de Chartres-La Saussauye, devant les stagiaires du Certificat de qualification professionnelle de salarié agricole, des candidats au métier donc.

Ils s’inscrivent ainsi dans le cadre de l’opération « binômes », organisée chaque année par la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir en partenariat avec l’ASA (ex Asavpa), la FDSEA et les établissements de l’enseignement agricole du département.

Celle-ci s’est déroulée du 9 au 18 janvier.

« Le travail aux champs occupe de moins en moins de temps. Le matériel fait que tout va beaucoup plus vite, mais à côté, on touche à tout », a expliqué Mathieu Marteau.

« Dans une journée on passe de l’agriculture à l’élevage, à la soudure, aux bâtiments. Nous ne sommes plus chauffeurs de tracteur mais polyvalents », a renchérit Daniel Bois.

« C’est exactement ce qui m’a fait choisir ce métier. Tous les jours c’est différent, il n’y a pas de routine mais il faut être passionné », a ajouté Damien Sagnou.

Côté salariés, c’est la teneur du message que cette opération veut faire passer auprès des candidats au métier. Côté employeurs, l’accent a été porté sur la confiance qui doit s’instaurer dans le binôme.

« Mon employé connaît souvent mieux les choses que moi », a souligné Vincent Chenu en parlant de l’entretien des machines ou de l’utilisation du GPS embarqué.

« Il faut être capable de prendre des initiatives et ne pas être tout le temps au téléphone... », a pointé pour sa part Jean-Michel Loyer.

Pour le conseiller emploi de la chambre, Daniel Lazier, qui chapeaute l’opération : « Il y a cinq mille contrats signés chaque année en Eure-et-Loir. Si vous êtes motivés, il n’y a pas de raison que vous restiez sur le carreau ».

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
« Faisons valoir la qualité de notre agriculture par une montée en gamme de nos productions »
Agriculteur à Bouville (Essonne), Frédéric Arnoult est président de l’Union de l’Essonne et administrateur de la FDSEA Île-de-…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité