Aller au contenu principal

Fenaison
Samasz KDF 300 : une faucheuse frontale polonaise qui séduit

La marque polonaise Samasz, spécialisée dans la fenaison, continue de se développer en France. Valery Heuland, éleveur dans la Sarthe, utilise depuis deux ans une faucheuse frontale Samasz : la KDF 300.

Éleveur de vaches allaitantes dans la Sarthe, Valery Heuland exploite 170 hectares à Cherreau. Il effectue une centaine de vêlages et engraisse une soixantaine de génisses croisées. L'exploitation est essentiellement en herbe, en ACS (Agriculture de conservation des sols) et en semis direct. « Je faisais de plus en plus d'hectares et l'année avant d'acheter la frontale, j'avais fauché 400 hectares avec ma faucheuse arrière de 4 mètres », explique l'agriculteur. Faisant partie d'une Cuma, avec un tracteur de 150 chevaux équipé d'une prise de force avant, l'exploitant a opté pour une faucheuse frontale. Après étude des marques du marché et en prenant en compte les délais, son choix s'est arrêté sur la faucheuse KDF 300 de Samasz.

Qualité de fabrication

La Cuma a profité d'une opportunité avec le concessionnaire Duret pour acheter deux faucheuses frontales Samasz en 3 mètres. Après 1 000 hectares en deux ans, les utilisateurs se disent satisfaits. « Nous sommes à notre première boîte de couteaux alors niveau usure, c'est insignifiant », confie le Sarthois. De même pour les patins et les lamiers Perfect Cut : « Les pièces sont bien faites, même en ayant pris quelques chocs en dessous, on voit bien que c'est costaud ». L'outil est bien pensé avec notamment un système de remplacement rapide des couteaux grâce à une clé spécifique.

Suivi du sol efficace

Avec un débit de chantier compris entre 10 km/h quand il y a de l'épaisseur et en pente, et pas loin de 20 km/h sur des 3e, 4e et 5e coupe, le suivi reste optimal grâce aux ressorts de suspension. « La faucheuse a un aussi bon suivi du sol que ce que nous avons à l'arrière en marque concurrente », note l'agriculteur. Niveau puissance de traction, la KDF 300 n'est pas trop gourmande puisque l'éleveur utilise un Lindner de 110 chevaux pour la faucheuse frontale et une faucheuse arrière de 4 mètres. En la comparant à une faucheuse Pöttinger frontale d'un voisin, qu'il utilise de temps en temps, l'éleveur a noté que la Samasz est 300 kg plus légère.

Une marque à l'écoute

Valery Heuland apprécie particulièrement le suivi de la marque et sa réactivité en cas de problème. « Je fais pas mal du porte-graine et il faut qu'on enlève les tapis au maximum pour ne pas abîmer les graines sur la barre de protection », indique-t-il. Pour pallier ce problème, le constructeur étudie actuellement de rehausser le cadre de renfort pour correspondre aux demandes de plusieurs clients. L'agriculteur compte prochainement s'équiper chez la marque polonaise pour une nouvelle faucheuse arrière en papillon ou en grande largeur en latéral.

 

Regardez notre vidéo :

Cet article fait partie d'un dossier Fenaison

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité