Aller au contenu principal

Sanglier  : retrouver une population maîtrisée



Alors qu'un nouveau schéma départemental de gestion cynégétique se met en place, le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique les positions défendues par la profession.

Le Schéma départemental de gestion cynégétique (SDGC), qui trace les grandes lignes de la gestion des espèces chassables et des pratiques de chasse en Seine-et-Marne pour la période 2020-2026, a été adopté par le le Préfet au début de l’été.

Il a donné lieu à de nombreux échanges concernant la gestion du sanglier entre les différents partenaires, notamment l’administration, la profession agricole et la fédération des chasseurs. En effet, le sanglier est responsable de la très grande majorité des dégâts.

Un consensus est ressorti des discussions pour se donner comme objectifs un prélèvement annuel moyen de 10  000 sangliers pour une population stabilisée et une surface agricole détruite annuellement ne dépassant pas les 500 hectares pour l’ensemble du département.

Depuis la fin du confinement, les chiffres des dégâts de gibier et des prélèvements pour la saison 2019-2020 ont été officialisés et force est de constater que nous sommes loin du compte (voir graphiques)  : 16  665 sangliers prélevés et 1  180 hectares de surface agricole utile détruits.

La situation n’est plus tenable et les outils sont désormais dans le SDGC pour casser cette spirale infernale afin d’aider la Fédération des chasseurs à revenir à une situation acceptable pour ses finances. Toutes les communes du département sont désormais classées selon des codes couleurs (jaune, orange, rouge et noire) selon les dégâts et les populations de sangliers.

Ainsi dans les communes classées en noir et les communes voisines en rouge, les détenteurs de droit de chasse auront l’obligation d’organiser au minimum quatre chasses, une par mois, entre novembre et février.

Les dates et les prélèvements devront être communiqués à la DDT 77 dans les 48 heures. Par ailleurs, sur ces communes l’agrainage sera interdit en décembre et obligatoire au printemps. À partir de 2021, si ces communes restent classées en noir ou en rouge l’agrainage sera interdit pendant toute la période de chasse.

Les agents de l’Office français de la biodiversité procéderont aux contrôles avec une vigilance toute particulière sur ces communes.

Aujourd’hui, « les balles » sont dans les mains des chasseurs et nous souhaitons que la gestion du sanglier reste de la compétence des associations de chasse.

Dans le même temps, en tant qu’agriculteur, nous avons plusieurs responsabilités, celle de mettre la pression sur les équipes de chasse pour leur demander de prélever plus, celle d’avertir le plus tôt possible la FDC 77 dès l’apparition de dégâts significatifs et celle d’identifier les territoires pas ou peu chassés. Nous ne pouvons plus passer sous silence les comportements de certains chasseurs (consignes de tir, nourrissage, faible pression de chasse), faites remonter ces informations au plus tôt auprès de votre syndicat.

Pour autant, si malgré les mesures proposées, vous considérez que les dégâts et les populations de sangliers ne sont pas supportables et ne diminuent pas, nous vous conseillons de solliciter auprès de la DDT 77, avec copie à la FDC 77, l’intervention de la Louveterie.

L’administration, la FDC 77, la FDSEA 77et les JA 77 ont acté le principe d’une possibilité de tirs de nuit ou de battue administrative quand la situation l’exigerait.

Vous pouvez compter sur l\'action de la FDSEA 77 dans ce dossier. N’hésitez pas à vous rapprocher de ses services.

Ph. G.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité