Aller au contenu principal

Saranya et Hong Lor, cuisine thaï du cœur

Saranya et Hong Lor ont offert aux soignants des repas thaï cuisinés au sein de leur restaurant, le Thaï fine à Vert-Saint-Denis. Zoom sur deux passionnés au grand cœur.

« Je suis tombée dans la marmite dès mon plus jeune âge, mon père étant chef cuisinier  », souligne d’emblée Saranya Lor, qui dirige depuis trois ans le restaurant Thaï fine à Vert-Saint-Denis (Seine-et-Marne).

«  Mon père est arrivé en France en 1985. Après avoir travaillé à Paris dans un restaurant asiatique, il crée son propre restaurant Thaï à Paris dans le 14e arrondissement  », explique Saranya Lor, qui l’a rejoint avec le reste de la famille en 1993. Dès l’âge de 16 ans, elle donne des coups de main au service, mais le secteur de la restauration ne l’attire pas.

Elle opte alors pour des études dans le commerce. Après une carrière de cadre dans une société d’import-export, un déclic se produit il y a sept ans. «  J’ai eu envie de retourner dans ce que j’aime et où je peux tout faire  : cuisine, gestion, décoration.  »

Dans un premier temps, elle prend la direction du restaurant de son frère, puis ouvre le Thaï fine, du nom d’une recette familiale.

Si la cuisine et la gestion sont l’affaire de Saranya, pour le marketing et la communication, elle est épaulée par son époux Hong Lor. Consultant en informatique, il est également spécialisé dans la réalisation et le montage de vidéos, des atouts pour communiquer et faire vivre le site Internet du restaurant qui propose différents événements au cours de l’année. Hong fait également office de «  goûteur officiel  » en se mettant dans la peau d’un client.

En tant que bouddhistes, l’un des leitmotivs du couple est «  pour pouvoir recevoir, il faut pouvoir donner aux autres  ». Le restaurant étant fermé pour cause de confinement, ils ont cherché à soutenir les gens présents sur le terrain et notamment les soignants.

Dès le 1er avril, avec un cuisinier bloqué en haut du restaurant, une centaine de repas sont confectionnés pour le centre hospitalier de Melun, le 18 c’était pour l’Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de cette structure.

Face au coût des matières premières, le couple lance un appel aux dons auprès d’exploitants agricoles de Seine-et-Marne et de l’Essonne. La famille Signolle, de la cueillette de Servigny, à Lieusaint, répond présent et offre fruits et légumes pour le repas confectionné le mercredi 29 avril à destination du personnel soignant du groupe hospitalier de Brie-Comte-Robert.

«  C’est un bon moyen d’être solidaires et d’allier les produits locaux aux recettes thaï. Seules les herbes ne peuvent venir que de chez nos fournisseurs habituels.  »

L . Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité