Aller au contenu principal

Énergie
Séchage du maïs : le bois comme alternative au gaz

Mercredi 8 décembre, les Territoires ruraux de l’Orléanais ont organisé la visite d’un séchoir à maïs alimenté par du bois déchiqueté, afin de répondre à l’actualité annonçant l’arrêt par certains agriculteurs du Loiret du séchage de maïs faute de gaz.

Cette année, à cause de problèmes de livraison de gaz, des maïsiculteurs loirétains ont dû stopper leurs récoltes de maïs. L’occasion pour les Territoires ruraux de l’Orléanais de rappeler l’existence d’autres modes de séchage existant sur le territoire. Mercredi 8 décembre, le Pays Loire-Beauce et le Pays Forêt d’Orléans ont donc organisé une visite afin de mettre en avant le projet de séchage de maïs au bois-énergie présent à Saint-Aignan-le-Jaillard, au Gaec de Coladan. Cette visite, à destination notamment des agriculteurs exerçant l’activité de séchage, s'inscrit dans le Contrat d’objectif territorial pour les énergies renouvelables thermiques (COT ENR). Ce dispositif vise à favoriser le développement des énergies renouvelables thermiques (biomasse, géothermie et solaire thermique) en soutenant les investissements à hauteur de 45 %. Hormis les particuliers, tout le monde est éligible à ce dispositif (agriculteurs, entreprises, coopératives, collectivités, etc.).

Un projet de longue haleine

La rencontre s’est déroulée chez Thierry Daubigny, céréalier et éleveur laitier au Gaec Coladan. L’agriculteur s’est lancé dans la prestation de service de séchage de maïs en 2013 avec l’acquisition d’un premier séchoir et d’une chaudière biomasse. « À l’époque, je devais renouveler mon séchoir, mais au vu des prix du gaz, déjà élevés, je me suis tourné vers le bois-énergie, explique-t-il. Malheureusement, cette première expérience n’a pas été concluante. Mon générateur d’air chaud m’a causé trois incendies en six ans car il n’avait pas d’échangeur ». Alors que son volume de maïs devenait de plus en plus conséquent, Thierry Daubigny a entrepris, en 2018, un travail de réflexion et d’élaboration d’une chaudière fonctionnelle d’ici octobre 2019. L’exploitant a alors opté pour une chaudière biomasse Blinder de 2000 MWh à multi-cyclone et avec un filtre à manches. Il a ainsi pu modifier son séchoir pour répondre à son augmentation de capacité. Cette chaudière est alimentée par du bois plaquette. « Il s’agit d’une solution qui participe, à son échelle, à l’autonomie énergétique des territoires car le bois utilisé provient d’un rayon de moins de 100 km, précise Yvan Bozec, directeur du Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Pays Loire-Beauce. C’est également une solution qui participe à la compétitivité des entreprises agricoles et à l’économie circulaire ».

Qu’est-ce que c’est le COT ENR ?

Porté par les territoires ruraux de l’Orléanais en partenariat avec l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et la Région Centre-Val de Loire, le COT ENR vise à développer les énergies renouvelables thermiques afin de réduire son empreinte carbone, développer l’emploi et les filières économiques locales, économiser sur le budget de fonctionnement et favoriser la transition énergétique du territoire ou de son entreprise.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité