Aller au contenu principal

Seine-et-Marne : des semis d’automne concentrés

Les semis d’automne ont fortement avancé du 16 au 19 octobre en Seine-et-Marne, grâce à une météo favorable qui a permis le ressuyage des sols.

Après la sécheresse estivale qui s\'est prolongée jusqu\'à mi-septembre, les précipitations ont mis un frein aux semis d’automne. Du 16 au 19 octobre, alors que les sols étaient enfin ressuyés et la météo favorable, les exploitants agricoles seine-et-marnais ont enchaîné travaux du sol et semis de blé et d’orge d’hiver.

Dans le nord Seine-et-Marne, les premiers labours avaient débuté dans des conditions limites et les semis ont été plaqués par la pluie.

«  Ils ont attendu des conditions favorables et depuis quatre jours (NDLR  : le lundi 19 octobre), les labours, semis suivis des semis sans labours se poursuivent, certains enchaînant même avec les traitements en prélevée, explique la conseillère grandes cultures nord 77 de la chambre d’Agriculture, Louise Van Cranenbroeck. Les semis actuels se déroulent dans un créneau idéal agronomiquement parlant, mais concentrés sur 4-5 jours quand certaines années il est possible de les étaler sur 10 jours. C’est une difficulté pour ceux qui ont de grandes surfaces à travailler ou effectuent de l’entreprise  ».

Après un été très sec, les faux semis ont mal ou pas levé, de même que les repousses d’adventices. Le risque de salissement est donc grand. Le non labour pour des blés sur blé ou orge-blé sont rendus quasi impossible.

«  Cette situation perturbe certains exploitants agricoles dans l’organisation de leur travail  », précise Cédric Simon, conseiller grandes cultures du sud Seine-et-Marne, un secteur les rayons apparaissent dans les parcelles où un semis précoce a été réalisé.

Dans le centre et ouest du département, son homologue, Lucien Oudart, note «  un excellent avancement des semis de blés avec les conditions climatiques favorables de ces derniers jours ». Seuls les blés de betteraves et blés de maïs n’ont pas été mis en culture, le précédent n’étant pas encore récolté.

Certains ont choisi d’annuler leurs semis en colza face à la sécheresse de fin août-début septembre. Dans le nord Seine-et-Marne, ceux qui ont semé avant la pluie du 24 septembre ont vu leur colza lever correctement. Mais certaines parcelles sont au stade cotylédon et ont du mal à évoluer.

Toutefois, aucun ravageur ou altise n’est à signaler. Plus au sud, si les semis précoces donnent de beaux colzas, ceux dont la levée a eu lieu début octobre sont compromis.

De plus, la semaine du 12 au 16 octobre a été marquée par une attaque d’altises et la chute des températures a stoppé net la pousse.

Laurence Goudet-Dupuis

Photo : Voisenon, lundi 19 octobre. Avant les nouvelles précipitations prévues le lendemain, les exploitants s\'activent dans la plaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité