Aller au contenu principal

Signature du Cap filière forêt-bois et du Pacte bois biosourcés

Mercredi 20 décembre, le Cap filière forêt-bois 2023-2027 a été signé et, par la même occasion, le Pacte bois biosourcés Centre-Val de Loire.

En décembre dernier, au sein du lycée Maurice-Genevoix d'Ingré, construit en bois et paille, Fibois Centre-Val de Loire et l'association de défense de l'environnement Envirobat Centre ont réuni douze maîtres d'ouvrage et aménageurs du territoire pour signer le Pacte bois biosourcés Centre-Val de Loire. Cette rencontre a été l'occasion pour le conseil régional, Fibois CVL et le Centre national de la propriété forestière (CNPF) Île-de-France/Centre-Val de Loire de signer le Contrat d'appui au projet (Cap) filière forêt-bois pour les quatre prochaines années.

Douze signataires du Pacte bois biosourcés

Porté par Fibois Centre-Val de Loire et Envirobat Centre, le Pacte bois biosourcés engage ses signataires à réaliser jusqu'à 40 % de leur production avec des matériaux biosourcés d'ici 2027, que ce soit en construction neuve comme en réhabilitation. Selon les acteurs de la filière, il y aurait aujourd’hui « moins de 9 % de matériaux bois dans la construction, aussi bien en ce qui concerne les logements que les bâtiments publics ». L'objectif de ce pacte est de « créer un choc de l’offre pour que les filières se structurent à l’échelle régionale et nationale ».

Le Centre-Val de Loire est la cinquième région à signer ce pacte. Au nombre de douze, les signataires sont, pour les promoteurs, Linkcity, Nexity, Bouygues immobilier, REI habitat, Kaufman & Broad, Cogedim, pour les bailleurs, Valloire habitat, pour les centres de formation, l'Université de Tours, et pour les collectivités, la Région Centre-Val de Loire, Tours Métropole, la ville de Tours et la ville d'Ingré. Les représentants de Fibois CVL et Envirobat Centre ont bon espoir que « l’ensemble des régions françaises restantes deviennent elles aussi signataires d’ici 2024-2025 ».

Les objectifs de la filière à l'horizon 2027

Une fois le Pacte bois biosourcés signé, place à la signature du Cap filière forêt-bois 2023-2027. Ce contrat d'appui a pour objectif de soutenir pour les quatre années à venir l'adaptation des forêts au changement climatique, la protection de la biodiversité et le développement de son potentiel de production de bois. Le Cap filière s'articule autour de quatre axes principaux. Le premier est de développer l'utilisation des bois locaux dans la construction, les aménagements, l'emballage et l'énergie. Le second est d'appuyer les projets de développement des entreprises de récolte et de transformation, ainsi que promouvoir les emplois et les formations de la filière. Le troisième axe se concentre sur la gestion durable de la forêt face au changement climatique. Enfin, le quatrième axe consiste à accompagner la recherche forestière.

La Région Centre-Val de Loire et l'Europe, au travers du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader), devraient investir dans la filière à hauteur de 6,6 millions d'euros au cours de ces quatre années. 83 % de cette somme seront dédiés aux aides aux investissements des entreprises et 17 % à l'animation de la filière bois-forêt. Au total, 16,6 millions d'euros devraient être dépensés par la filière pour mener à bien ce programme.

Le Cap filière forêt-bois a pris effet le 1er juillet 2023 et se terminera le 30 juin 2027.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité