Aller au contenu principal

Sur les traces du général de Gaulle

À travers treize étapes, un circuit touristique propose de partir sur les traces du général de Gaulle en Île-de-France.

Quatre-vingtième anniversaire des combats de la campagne de France (aussi appelée bataille de France), de l’appel du 18 juin, de la création de la France libre, et des anniversaires de naissance et de mort (1890-1970) du général de Gaulle sont autant de célébrations qui se tiendront en 2020.

Dans ce cadre, la Région Île-de-France et le comité régional du tourisme proposent un circuit composé de treize étapes sur ses traces en Île-de-France.

Ce parcours débute à l’Historial Charles-de-Gaulle, construit comme un monument invisible, en sous-sol du Musée de l’armée (Paris).

Il se poursuit au Musée de l’ordre de la Libération qui raconte l’histoire des compagnons de la Libération, puis au Musée de la Libération de Paris, au mont Valérien avec son mémorial de la France combattante, sans oublier les Champs-­Élysées et l’Arc de Triomphe, où le général s’est recueilli le 26 août 1944, sans oublier sa statue devant le Grand-Palais.

Le visiteur est ensuite invité à sillonner les routes d’Île-de-France.

Trois «  palais  » de la République font partie de ce circuit  : le château de Rambouillet, résidence présidentielle depuis 1896, celui de Versailles avec le Grand Trianon qui servait d’écrin aux relations diplomatiques, et le château de Champs-sur-Marne. En 1959, le général de Gaulle entreprend d’en faire une vitrine de l’accueil à la française pour les chefs d’état et leurs familles.

Le circuit peut se prolonger par le Musée de la légion d’honneur à Paris, à Marly-le-Roi, où il a séjourné en 1946 après avoir renoncé à rester chef du gouvernement provisoire, à Clamart, ou au Panthéon.

Ce circuit symbolise l’histoire de Charles de Gaulle en alliant découverte historique et touristique des monuments franciliens.

Laurence Goudet-Dupuis

Photo : La 2e Division blindée place Denfert Rochereau, le 25 août 1944 / musée de la Libération de Paris - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin (Paris Musées) © Don Franco-Rogelio

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité