Aller au contenu principal

Sylvain Arnoult a la Loire dans la peau

Sylvain Arnoult baigne dans le monde de la pêche sur la Loire depuis toujours. Devenu professionnel à 31 ans, il cherche à se diversifier pour vivre à 100 % de sa passion.

« La Loire est délicate et la pêche sur ce fleuve est à part. »

Sylvain Arnoult, attaché à la nature depuis toujours, a travaillé dans la récupération de métaux et de ferraille avant de pouvoir vivre de sa passion. « Quand j’avais seize ou dix-sept ans, j’avais ma licence de pêche en amateur et je voulais déjà faire ce métier. »

Pour avoir le droit de pêcher en Loire, il a dû attendre plusieurs années que des lots de pêche se libèrent pour en acquérir deux d’une quinzaine de kilomètres, loués par l’État pendant cinq ans. Pêcheur professionnel depuis quatre ans, ce père de famille de 35 ans part en Loire avec son père, Patrick, sur son bateau à fond plat.

« Je pêche les poissons selon les saisons. » En avril-mai, toute son attention est portée sur l’alose avec la technique ancestrale — et physique — du filet-barrage, un piège tendu sur les deux-tiers du fleuve.

« On met trois ou quatre jours pour le monter et je suis attaché à cette pratique. Mais c’est assez décourageant d’être confronté à la pollution de l’eau : quand le matériel est sale, le poisson sent le piège et on ne peut plus pêcher », se désole Sylvain. La Loire a toujours eu un peu de limon mais ce problème s’intensifie depuis cinq ans : « C’est vraiment le fléau. »

Heureusement, de nombreux poissons peuplent ce fleuve royal comme le mulet, la carpe, le barbillon, la brème, l’aspe, la cendre ou encore l’anguille pêchée à l’aide de bosselles disposées dans la Loire.

Sylvain vit de son étal : il livre à un ami restaurateur, sa femme Julie fait les marchés quatre fois par semaine et les particuliers s’approvisionnent chez lui dans son sous-sol aménagé à Muides-sur-Loire (Loir-et-Cher).

« Nous sommes en train de créer un laboratoire pour faire de la transformation sur place : des rillettes, des soupes... C’est important de valoriser 100 % des poissons, même les moins nobles. La Loire est différente d’il y a vingt ans, une crue peut durer trois semaines. À nous de nous adapter en nous diversifiant. » « 

Pour contacter Sylvain Arnoult : Arnoult pêcheur de Loire  - 06.78.43.44.33.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité