Aller au contenu principal

Agronomie
La première plateforme Angora au service des agriculteurs

La première édition de la plateforme Angora* a été organisée mardi 8 juin. Durant une journée, les agriculteurs ont pu découvrir différents pôles sur les thèmes de l'innovation, de la diversification et de l'agronomie.

Mardi 8 juin, les Groupements de développement agricole de l’ouest du Loiret et la chambre d’Agriculture ont donné rendez-vous aux agriculteurs à Tivernon afin qu'ils participent à la première édition de la plateforme Angora*. L’objectif de cette journée était de partager avec les agriculteurs tous les leviers disponibles sur leur exploitation afin de participer à leur recherche et développement via de la recherche appliquée en agronomie, l’innovation, la contractualisation de nouveaux marchés et de la certification.

Durant toute la journée, les participants pouvaient se rendre à des visites d'essais sur du colza, des blés, du maïs et des orges de printemps et d'hiver. Ils avaient également la possibilité de découvrir une vitrine de cultures de diversification. Plus de trente cultures étaient présentées par les partenaires proposant leurs contrats (Caproga, coopérative de Boisseaux et Puiseaux, Scael, EuroBeauce, PMA 28, BioCer, Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel…). Des démonstrations d'épandage de couvert et de trichogramme par drone (avec Agrodrone) étaient proposées en parallèle. Enfin, des conférences sur des thèmes demandés par les agriculteurs eux-mêmes, avaient lieu toutes les heures. 152 personnes ont répondu présent à cet événement. Un chiffre encourageant pour cette première édition.

La restauration pour la pause déjeuner a été tenue par les structures cantonales JA Loire-Beauce, JA Pithiverais et JA Neuville/Outarville. 120 repas ont été servis autour d'un grand barbecue. Une journée riche en retrouvailles après une année compliquée.

 

*Association novatrice des groupements de l’ouest pour la recherche agronomique.

 

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité