Aller au contenu principal

Agronomie
Mélange Pollifauniflor : des fleurs pour la biodiversité

Une journée technique de présentation du mélange Pollifauniflor a été organisée le 16 juin chez Laurent Gasnier. L'objectif était de dévoiler les premiers résultats de ce mélange.

Après cinq ans d'étude, le mélange Pollifauniflor a été présenté mercredi 16 juin. Partenaires techniques, instituts semenciers et agriculteurs se sont retrouvés chez Laurent ­Gasnier, à ­Villiers-le-­Temple (Épieds-en-Beauce) afin d'en apprendre plus sur ce couvert. Pollifauniflor est né de la collaboration de dix partenaires : la chambre d'Agriculture régionale et les chambres d'Agriculture départementales (Loiret, Loir-et-Cher et Eure-et-Loir), la fédération régionale des chasseurs, l'association Hommes et territoires, l'Office français de la biodiversité (OFB), la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams), l'Association de développement de l'apiculture du Centre ­(Adapic) et l'établissement semencier Jouffray-­Drillaud.

Cette étude faisait suite à un conflit d'usage survenu en 2012 dans la région autour de couverts de jachères mellifères suspectées de perturber la pollinisation des cultures porte-graines en détournant les abeilles avec leurs essences trop attractives. Pour répondre à cette problématique, l'idée a été de concevoir un mélange mellifère compatible à la production de semences, favorable aux insectes pollinisateurs et à la faune sauvage. Ce partenariat a débuté en 2016 avec des financements du Cap filière Semences et plants et du Semae (interprofession des semences et plants). Pour Laurent ­Gasnier, agriculteur et chasseur très attaché à la biodiversité, le projet ­Pollifauniflor tombait à point nommé : « Lorsque l'on m'a proposé de mettre en place des essais de jachères mellifères compatibles avec la production de porte-graines, je n'ai pas hésité ».

Trois ateliers distincts

Une fois le contexte de l'étude présentée, trois ateliers techniques étaient proposés. Le premier portait sur la composition et l'implantation du mélange, le deuxième sur la floraison du couvert et son intérêt pour les pollinisateurs, et le dernier sur l'intérêt pour la faune sauvage.

+ d'infos

Pour tout renseignement concernant le mélange Pollifauniflor, contacter Chloé Swiderski au 02.38.71.90.80 ou à c.swiderski@hommes-et-territoires.asso.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité