Aller au contenu principal

Agronomie
Mélange Pollifauniflor : des fleurs pour la biodiversité

Une journée technique de présentation du mélange Pollifauniflor a été organisée le 16 juin chez Laurent Gasnier. L'objectif était de dévoiler les premiers résultats de ce mélange.

Après cinq ans d'étude, le mélange Pollifauniflor a été présenté mercredi 16 juin. Partenaires techniques, instituts semenciers et agriculteurs se sont retrouvés chez Laurent ­Gasnier, à ­Villiers-le-­Temple (Épieds-en-Beauce) afin d'en apprendre plus sur ce couvert. Pollifauniflor est né de la collaboration de dix partenaires : la chambre d'Agriculture régionale et les chambres d'Agriculture départementales (Loiret, Loir-et-Cher et Eure-et-Loir), la fédération régionale des chasseurs, l'association Hommes et territoires, l'Office français de la biodiversité (OFB), la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams), l'Association de développement de l'apiculture du Centre ­(Adapic) et l'établissement semencier Jouffray-­Drillaud.

Cette étude faisait suite à un conflit d'usage survenu en 2012 dans la région autour de couverts de jachères mellifères suspectées de perturber la pollinisation des cultures porte-graines en détournant les abeilles avec leurs essences trop attractives. Pour répondre à cette problématique, l'idée a été de concevoir un mélange mellifère compatible à la production de semences, favorable aux insectes pollinisateurs et à la faune sauvage. Ce partenariat a débuté en 2016 avec des financements du Cap filière Semences et plants et du Semae (interprofession des semences et plants). Pour Laurent ­Gasnier, agriculteur et chasseur très attaché à la biodiversité, le projet ­Pollifauniflor tombait à point nommé : « Lorsque l'on m'a proposé de mettre en place des essais de jachères mellifères compatibles avec la production de porte-graines, je n'ai pas hésité ».

Trois ateliers distincts

Une fois le contexte de l'étude présentée, trois ateliers techniques étaient proposés. Le premier portait sur la composition et l'implantation du mélange, le deuxième sur la floraison du couvert et son intérêt pour les pollinisateurs, et le dernier sur l'intérêt pour la faune sauvage.

+ d'infos

Pour tout renseignement concernant le mélange Pollifauniflor, contacter Chloé Swiderski au 02.38.71.90.80 ou à c.swiderski@hommes-et-territoires.asso.fr.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité