Aller au contenu principal

Agronomie
Mélange Pollifauniflor : des fleurs pour la biodiversité

Une journée technique de présentation du mélange Pollifauniflor a été organisée le 16 juin chez Laurent Gasnier. L'objectif était de dévoiler les premiers résultats de ce mélange.

Après cinq ans d'étude, le mélange Pollifauniflor a été présenté mercredi 16 juin. Partenaires techniques, instituts semenciers et agriculteurs se sont retrouvés chez Laurent ­Gasnier, à ­Villiers-le-­Temple (Épieds-en-Beauce) afin d'en apprendre plus sur ce couvert. Pollifauniflor est né de la collaboration de dix partenaires : la chambre d'Agriculture régionale et les chambres d'Agriculture départementales (Loiret, Loir-et-Cher et Eure-et-Loir), la fédération régionale des chasseurs, l'association Hommes et territoires, l'Office français de la biodiversité (OFB), la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams), l'Association de développement de l'apiculture du Centre ­(Adapic) et l'établissement semencier Jouffray-­Drillaud.

Cette étude faisait suite à un conflit d'usage survenu en 2012 dans la région autour de couverts de jachères mellifères suspectées de perturber la pollinisation des cultures porte-graines en détournant les abeilles avec leurs essences trop attractives. Pour répondre à cette problématique, l'idée a été de concevoir un mélange mellifère compatible à la production de semences, favorable aux insectes pollinisateurs et à la faune sauvage. Ce partenariat a débuté en 2016 avec des financements du Cap filière Semences et plants et du Semae (interprofession des semences et plants). Pour Laurent ­Gasnier, agriculteur et chasseur très attaché à la biodiversité, le projet ­Pollifauniflor tombait à point nommé : « Lorsque l'on m'a proposé de mettre en place des essais de jachères mellifères compatibles avec la production de porte-graines, je n'ai pas hésité ».

Trois ateliers distincts

Une fois le contexte de l'étude présentée, trois ateliers techniques étaient proposés. Le premier portait sur la composition et l'implantation du mélange, le deuxième sur la floraison du couvert et son intérêt pour les pollinisateurs, et le dernier sur l'intérêt pour la faune sauvage.

+ d'infos

Pour tout renseignement concernant le mélange Pollifauniflor, contacter Chloé Swiderski au 02.38.71.90.80 ou à c.swiderski@hommes-et-territoires.asso.fr.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité