Aller au contenu principal

Machinisme
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH

La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux propriétaire, Maxime Vecten, exploitant à Saulnières.

«Avant, nous avions deux machines avec des coupes de neuf mètres. C'était pratique en cas de pépin mais engendrait des frais supplémentaires, plus de main-d'œuvre et la gestion de chantiers différents. Alors, nous nous sommes dit qu'avec une seule, équipée d'une bonne coupe et du GPS, ce serait faisable », explique Maxime Vecten, qui exploite, avec son père Antoine, plusieurs centaines d'hectares en scop à ­Saulnières.

Une machine, deux chenilles

Aussi ont-ils craqué pour cette moissonneuse Case IH Axial Flow 9250, qui avait quelques heures au compteur pour avoir fait des démonstrations en Allemagne, que leur proposait la société Duret. Une machine imposante, juchée sur une paire de chenilles et dotée d'une coupe de quelque 12,50 m. « Nous nous sommes décidés juste avant la moisson, Duret a fait les choses rapidement. Les précédentes étaient déjà des rouges. Leur base de Mondétour est toute proche. Et les Axial Flow sont des machines fiables, peu chères en entretien et qui ont fait leurs preuves », estime le jeune exploitant.

« Avec une coupe de douze mètres, le GPS c'est essentiel et c'est du confort. Mais ce qui en apporte vraiment, ce sont les chenilles. La différence est flagrante par rapport à des roues, surtout en bout de champ, ça ne bouge pas, c'est très stable. En plus, il y a moins de tassement et ça passe mieux quand c'est frais », relève Maxime Vecten.

Bardée d'automatisme

Et du mieux, il y en a à tous les niveaux dans cette machine bardée d'automatisme. Si l'exploitant souligne un bien meilleur broyeur, d'un autre côté il n'a qu'à déterminer une vitesse cible et le système embarqué s'occupe de tous les réglages. Des capteurs et une caméra surveillent en permanence la qualité du grain et s'adaptent… Il faut juste penser à vider la trémie.

 

Les plus lus

Après une année de disette, les amateurs de moiss-batt-cross peuvent se donner rendez-vous à Amilly dimanche 19 septembre.
La Fête de l'agriculture aura bien lieu cette année
Cette fois c'est sûr, Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a obtenu l'accord de la préfecture pour organiser sa fête, le 19 …
Cette année, Innov-agri revient du 7 au 9 septembre à Outarville (Loiret). L'édition 2018 (photo) avait accueilli 80 000 visiteurs.
Innov-Agri tiendra sa 26e édition du 7 au 9 septembre
La 26e édition du salon en plein air Innov-agri se tiendra à Outarville (Loiret) les 7, 8 et 9 septembre 2021.
Valérie Lacroute.
Valérie Lacroute : « La région portera une politique agricole francilienne ambitieuse »
Valérie Lacroute, vice-présidente en charge de l’Agriculture et l’Alimentation à la Région Île-de-France, répond à nos questions.
Les deux premières séances de chaque atelier des États généraux annuels de l’alimentation 2021 se dérouleront sur une plateforme virtuelle recréant le campus Xavier-Beulin.
L’Open Agrifood fait sa rentrée
En cette rentrée, l’association Open Agrifood propose un programme événementiel chargé avec notamment le retour des États…
Le 5 août, à Prouais. Un agriculteur pionnier, Thierry Maillier (à d.), un responsable régional qui y croit, Frédéric Chopart (au c.) et un agronome en soutien, Didier Renard (à g.), tout est réuni pour lancer la filière sorgho chez NatUp.
NatUp lance une filière sorgho pour le sud de son territoire
Le groupe coopératif NatUp a annoncé le lancement d'une filière sorgho, le 5 août à Prouais. Une opportunité pour les…
À Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines), le 9 septembre 2021. Manon Moignier a pu démarrer son élevage de chèvres et sa ­production de glaces cet été.
À la rencontre de la Chèvre-rit de Manon
À Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines), Manon Moignier s'est lancée dans l'élevage de chèvres avec transformation à la ferme. Elle…
Publicité