Aller au contenu principal

Machinisme
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH

La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux propriétaire, Maxime Vecten, exploitant à Saulnières.

«Avant, nous avions deux machines avec des coupes de neuf mètres. C'était pratique en cas de pépin mais engendrait des frais supplémentaires, plus de main-d'œuvre et la gestion de chantiers différents. Alors, nous nous sommes dit qu'avec une seule, équipée d'une bonne coupe et du GPS, ce serait faisable », explique Maxime Vecten, qui exploite, avec son père Antoine, plusieurs centaines d'hectares en scop à ­Saulnières.

Une machine, deux chenilles

Aussi ont-ils craqué pour cette moissonneuse Case IH Axial Flow 9250, qui avait quelques heures au compteur pour avoir fait des démonstrations en Allemagne, que leur proposait la société Duret. Une machine imposante, juchée sur une paire de chenilles et dotée d'une coupe de quelque 12,50 m. « Nous nous sommes décidés juste avant la moisson, Duret a fait les choses rapidement. Les précédentes étaient déjà des rouges. Leur base de Mondétour est toute proche. Et les Axial Flow sont des machines fiables, peu chères en entretien et qui ont fait leurs preuves », estime le jeune exploitant.

« Avec une coupe de douze mètres, le GPS c'est essentiel et c'est du confort. Mais ce qui en apporte vraiment, ce sont les chenilles. La différence est flagrante par rapport à des roues, surtout en bout de champ, ça ne bouge pas, c'est très stable. En plus, il y a moins de tassement et ça passe mieux quand c'est frais », relève Maxime Vecten.

Bardée d'automatisme

Et du mieux, il y en a à tous les niveaux dans cette machine bardée d'automatisme. Si l'exploitant souligne un bien meilleur broyeur, d'un autre côté il n'a qu'à déterminer une vitesse cible et le système embarqué s'occupe de tous les réglages. Des capteurs et une caméra surveillent en permanence la qualité du grain et s'adaptent… Il faut juste penser à vider la trémie.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité