Aller au contenu principal

Entreprise
LSDH : la démarche RSE d’Emmanuel Vasseneix

Emmanuel Vasseneix, président de la Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH), nous dévoile la démarche de Responsabilité sociétale de son entreprise.

La Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est définie comme l’intégration volontaire des entreprises, de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. La RSE marque la volonté d’une entreprise à avoir un impact positif sur la société, tout en étant économiquement viable. La Laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH) s’inscrit depuis des années dans cette démarche. Son président, Emmanuel ­Vasseneix, nous a ouvert ses portes pour nous en parler en détail. « Notre démarche RSE reflète notre attachement à mettre l’économie au service des Hommes et de notre environnement. Cette approche renforce notre volonté de participer à la transformation de la société pour plus de sens, de solidarité et de responsabilité, en nous appuyant sur nos savoir-faire et notre capacité de différenciation et d’innovation », explique-t-il.

Accès à l’éducation

LSDH a à cœur de maintenir une démarche RSE au sein de son entreprise. Pour elle, il subsiste trois valeurs fondamentales : la passion, l’ambition et l’humanité. « Nous saisissons toutes les occasions pour nous inscrire dans cette démarche RSE », souligne Emmanuel Vasseneix. Pour la société d’origine laitière, cette démarche RSE a été baptisée « Be colibri » car « tout le monde doit faire sa part ». La structure mène notamment des actions dans un village d’élevage et de maraîchage au Cambodge, elle reconstruit des écoles au Bénin, parraine des ruches, etc. Au total, LSDH est à l’origine d’une dizaine de programmes de soutien à travers le monde. Elle organise également des journées du partage avec ses collaborateurs. « Au sein de nos usines, nous retrouvons quinze nationalités différentes, explique le président. À l’heure actuelle, nous pensons que tout le monde sait lire et écrire. C’est faux ». Le groupe organise donc des cours d’alphabétisation. « Nous nous retrouvons au-delà de la fonction directe d’entreprise. Nous avons aussi une fonction sociale. »

L’écologie

LSDH est aussi très attachée aux problématiques liées à l’écologie, au recyclage et à la biodiversité. Par exemple, des moutons sont présents sur le site afin de tondre naturellement les pelouses. En ce qui concerne le lait et les jus de fruits, la laiterie vient de lancer une bouteille de lait en rPET opaque, une matière plastique entièrement recyclée. « Je me retrouve parfaitement dans le décret 3R*, avoue Emmanuel Vasseneix. Le principe est simple, nous réutilisons tout ce que nous pouvons en termes de matière et de produits ». LSDH commercialise également des bouteilles en verre. Les déchets de la laiterie sont triés et reconditionnés. « Nos emballages peuvent redevenir des bouteilles ou se transformer en ours en peluche, en papier toilette, etc. Ils peuvent même participer à la fabrication de couettes et d’arrosoirs, expose le président de la structure. Les emballages, une fois décomposés peuvent aussi être recyclés en fibre isolante pour les toits des maisons ».

La pédagogie

Dans le hall principal du site de Saint-Denis-de-l’Hôtel, les employés, les visiteurs et les collaborateurs peuvent découvrir un espace dédié à l’histoire et aux ambitions de LSDH. Pensée de façon ludique, cette grande pièce ouverte montre la volonté du groupe à communiquer avec l’extérieur en toute transparence. Les produits sont mis en avant dans plusieurs showrooms. Ces derniers ont pour vocation d’être des lieux d’échange et de partage. Emmanuel Vasseneix attache une grande importance à ce lien entre les différents collaborateurs : « Nous défendons un modèle d’entreprise basé sur une gouvernance familiale. Ce modèle est beaucoup moins financiarisé et n’est pas soumis au cours des bourses ou à des fonds de pensions. Nous devons être performants et garder un lien fort avec l’ensemble des parties prenantes : les médias, les collectivités locales, les clients, les producteurs et les collaborateurs. Pendant trop longtemps l’industrie agroalimentaire a été opaque. Nous le payons aujourd’hui », déplore-t-il.

La communication

Pour pallier cette mauvaise presse, Emmanuel Vasseneix n’a qu’un seul mot d’ordre : la communication. Le président de la laiterie se définit lui-même comme un grand adepte de la communication : « Ce n’est pas grave de communiquer, le plus grave est de mal communiquer. Nous voulons faire vivre les valeurs de l’entreprise même aux personnes qui y sont extérieures. Nous n’avons rien à cacher ». Toujours dans une perspective RSE, la communication interne est tout aussi importante pour le président de LSDH. C’est pourquoi plusieurs tableaux sont installés dans les bureaux de l’usine afin que chaque salarié soit tenu informé des arrivées, des départs, des numéros de téléphone utiles, des chiffres du mois, etc. « Dans le monde dans lequel nous vivons, tout se sait rapidement. Rien ne sert de cacher, il faut communiquer. »

L’intégration

Le bien-être des employés est l’un des piliers de la laiterie. Conscient qu’un environnement de travail chaleureux et transparent est nécessaire, ­Emmanuel Vasseneix tient à cet esprit d’entreprise : « L’entreprise n’a pas pour seul but de faire du bénéfice. Il faut faire travailler des gens ensemble et mener des projets collectifs qu’on ne pourrait pas mener à titre individuel. L’argent n’est pas une finalité, c’est un moyen. Il faut créer de la valeur et entreprendre pour emmener les gens avec nous, qu’ils soient fiers de donner du sens aux actions qu’ils mènent », conclut le président de LSDH.

 

*Le premier décret 3R pour Réduire, réutiliser, recycler (2021-2025) a été publié le 30 avril 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité