Aller au contenu principal

Récolte
Une moisson correcte mais à deux doigts de la catastrophe

La chambre d'Agriculture fait le bilan de la moisson 2021 au terme d'une campagne marquée par de fortes amplitudes de la météo.

En dépit de terres détrempées, les premières éclaircies début juillet ont permis le lancement de la récolte en Eure-et-Loir.
En dépit de terres détrempées, les premières éclaircies début juillet ont permis le lancement de la récolte en Eure-et-Loir.
© H.C. - Horizons / archives

La récolte des céréales et oléoprotéagineux est qualifiée de correcte cette année par les agronomes de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir. Elle s'établit, en moyenne, légèrement au-dessus (5 %) de la moyenne quinquennale en escourgeons et céréales et environ 10 % au-dessus en colza. Cette dernière constitue la bonne surprise de cette campagne marquée par un contexte météo atypique.

Pas exceptionnelle

Néanmoins, « elle aurait du être exceptionnelle mais elle ne l'est pas, relève l'élu de la Chambre en charge de l'agronomie, Éric Maisons. Et on est passé à deux doigts de la catastrophe. Le blé a fleuri tard, autour du 15 juin, il faisait beau, mais ensuite le temps s'est dégradé… Nous avons failli revivre le scénario de 2016 ».

Pour expliquer les résultats de l'année (voir ci-dessous), il faut rembobiner le film météo jusqu'à l'été précédent car le temps chaud et sec jusqu'à fin septembre contrarie les semis de colza. En revanche, l'automne est favorable aux céréales qui s'implantent facilement et mettent en place un beau potentiel de rendement par leur tallage.

Si l'hiver est globalement doux, un fort gel à la mi-février impacte une première fois les colzas, surtout ceux déjà fragilisés par les insectes. Un deuxième épisode de gel, cette fois tardif, début avril, titille les records du genre et aura surtout de grosses conséquences sur la sole betteravière, gelée à 75 %. Sur certains secteurs, la seconde quinzaine d'avril, très sèche, va stresser les colzas et les céréales.

Humidité persistante

La fraîcheur printanière aura un impact sur les cycles des plantes qui affichent un retard d'une quinzaine de jours mais leur permet de s'étoffer. Ensuite, le remplissage des grains se fera sous les pluies, à partir du 15 juin, ce qui ne favorisera pas ce stade des cultures mais plutôt les champignons. La végétation est ralentie. Parfois, des orages favoriseront la verse d'escourgeons et de blés.

L'humidité persiste ensuite en juillet et août, retardant les chantiers de récolte, dégradant la qualité… « Une année particulière, avec de fortes variations de température, de pluviométrie, d'ensoleillement, du gel : certains ont pris cher », conclut Éric ­Maisons.

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité