Aller au contenu principal

Diversification
Les Fruits rouges de mon jardin et ses légumes

Depuis plus de vingt ans, Damien Chardon, exploitant agricole à Chevrainvilliers, s’est diversifié dans la production de fruits rouges. Aux framboises ont succédé les fraises et plus récemment des légumes d’été et des cucurbitacées.

À l’approche des tunnels plastique où se trouvent les fraisiers en production, une délicate odeur se dégage en cette période de pleine production sur l’exploitation Les Fruits rouges de mon jardin de Damien Chardon, à Verteau (commune de Chevrainvilliers). Cet agriculteur s’est diversifié dès 2000 avec une production de framboises, « une culture de plein champ qui nécessite peu d’investissement, explique-t-il. Très vite, mes clients m’ont demandé des fraises. Je me suis donc lancé en 2003 en pleine terre sous tunnel, en parallèle de mon exploitation céréalière de 152 hectares ». Au fil du temps, l’agriculteur ne trouvant plus de main-d’œuvre pour les cueillir a installé « des jardins suspendus ». Alors que l’engouement pour les fraises ne se dément pas, les framboises, qui engendrent un coût de main-d’œuvre plus élevé, se raréfient sur l’exploitation. C’est aussi une production source de maladies.

« La qualité est la même en hors-sol »

« Nous étions dans les premiers à passer en hors-sol. La qualité est la même. Si le goût est moindre, le problème vient d’une erreur technique, généralement l’irrigation. » La cueillette a lieu essentiellement le matin (6 heures - midi) pour éviter les grosses chaleurs afin de ne pas rentrer des fruits chauds en chambre froide, gage de conservation, et également pour le confort de travail.

Aujourd’hui, les framboises ne représentent plus que 500 m 2 sur les 9 000 m 2 de fraises, légumes d’été* et cucurbitacées (pas de légume racine, le sol ne s’y prêtant pas) complétant la gamme, avec une montée en puissance depuis cinq ans. En complément, fraises, mais aussi groseilles et rhubarbe sont transformées en confiture sur place et un artisan prépare également du pétillant et du sirop de fraise.

Quand la récolte des fraises dans un tunnel est terminée, une partie — un tiers environ — est replantée avec des variétés remontantes. L’exploitant produit six variétés de saison et trois variétés remontantes. « Je propose un grand panel aux goûts et couleurs différents, mais la gariguette, sa forme conique et son intérieur bien rouge, reste la préférée des pâtissiers. »

Au niveau technique, il est adhérent du Gitemar. « Mes serres, c’est zéro phyto au stade fruit, annonce fièrement Damien Chardon. En 2020, je n’ai pas traité, même au stade fleur, mais en fin de saison l’oïdium s’est développé. Alors que la clientèle demande du bio, ils n’en voulaient pas. Cherchez l’erreur. » Afin de limiter les traitements, il pratique la lutte intégrée. Des lâchers d’auxiliaires ont lieu tous les quinze jours, voire toutes les semaines en particulier pour lutter contre le thrips.

Il envisage de valoriser les jardins suspendus libres en légumes, mais pour l’instant aucun n’essai ne s’est révélé concluant et rentable.

La diversification, c’est du temps

L’ensemble de la production est vendu en circuit court, notamment chez des pâtissiers et traiteurs de la région parisienne, mais également des collèges du secteur, une clientèle qui travaille en semaine, ce qui est appréciable. Et depuis l’an passé, la vente à la ferme s’est fortement développée. « En raison du confinement et alors que la production était en avance, on a ouvert la boutique. L’engouement fut tel que cela a sauvé notre saison. À ce jour, seuls 10 % des nouveaux clients sont restés. Même si la boutique — ouverte six mois dans l’année — fonctionne bien, je garde mes clients historiques car elle ne tourne qu’en fin de semaine », explique Damien Chardon qui insiste sur le temps que lui prend sa diversification : « C’est énorme. Heureusement que de la main-d’œuvre familiale m’aide ». En résumé, « la diversification, c’est du temps ». Huit à dix cueilleurs sont embauchés durant les deux mois du pic de production.

Cette année, une partie des serres a gelé, induisant une perte de 50 % sur certains tunnels (le plastique protège jusqu’à - 4 °C). C’est l’augmentation de la surface qui va compenser le volume perdu.

 

*Courgettes, tomates, aubergines, melons, etc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité