Aller au contenu principal

Portrait
Laurène et Julien, le non-jetable du quotidien

Co-fondateurs de Panda pailles, entreprise spécialisée dans les pailles et couverts réutilisables, Laurène Pons et Julien Coenon développent tout une filière de produits non jetables pour la maison.

© L.G-D. - Horizons

Avec leur sac à dos, Laurène Pons et Julien Coenon ont voyagé dans le monde entier durant plusieurs années, leur activité dans l’informatique leur permettant de travailler à distance. De retour dans leur région d’origine — lui est natif de Meaux (Seine-et-Marne) — en 2018 après avoir vécu comme « nomade digital », le couple de trentenaires fonde Panda pailles.

« Lors d’un voyage au Costa Rica en 2017, nous avons dégusté un smoothie avec une paille en bambou. L’alternative nous a paru sympa », explique Laurène Pons. Après avoir rencontré différents fabricants de bambou en Asie — la variété creuse avec des nœuds tous les 50 cm ne se trouve pas en Europe —, le couple décide de travailler avec une famille qui possède sa propre bambouseraie à Bali. La récolte est annuelle, puis deux mois de process sont nécessaires pour sécher, couper et polir les pailles de bambou. « L’idée est de proposer une alternative à la paille en plastique qui dure dans le temps. La démarche vise aussi la réduction des déchets. Le producteur, à l’origine, récoltait les feuilles pour fabriquer des offrandes. Avec les pailles, la tige est valorisée », explique le jeune couple qui s’est lié d’amitié avec l’ensemble de la famille du producteur. Leurs pailles, qui peuvent être marquées au laser, sont commercialisées dans des pochettes textiles confectionnées avec du tissu recyclé et fabriquées par une couturière implantée à Bois-le-Roi (Seine-et-Marne). Un goupillon, fabriqué à Lyon (Rhône), est proposé pour nettoyer la paille.

Au fil du temps, la gamme s’est étayée avec des couverts et des baguettes. Des sets complets en tissu sont proposés, des pailles en verre vendues dans une boîte à planter (le papier utilisé contient des graines) qui sont fabriquées en Île-de-France, ainsi que des bols et couverts en noix de coco, leur exploitant balinais étant également producteur de ce fruit qu’il récupère une fois vide pour en faire des objets. Les couverts comme les pailles sont réutilisables plusieurs années à la condition de ne pas les laisser tremper. Ainsi, un de leur client restaurateur à Meaux leur a acheté 200 pailles en bambou il y a deux ans pour remplacer les 5 000 pailles annuelles en ­plastique.

« Notre idée de départ était de supprimer le plastique. On s’est recentrés sur le non jetable local », note la jeune femme, intarissable sur ce sujet. Depuis septembre 2021, ils ont rejoint le village by CA Brie-Picardie à Chessy (Seine-et-Marne)avec l’objectif d’élargir la gamme. D’abord en se lançant dans le ­furoshiki, des emballages cadeaux en tissu très en vogue au Japon. Et depuis quelques semaines, ­Laurène Pons et Julien Coenon ont repris ­Zoessentiels. Installée en Essonne, cette start-up propose tous les produits du quotidien réutilisables (de l’essuie-tout en tissu au sac congélation…).

Biographie

2007 : Julien Coenon crée avec son frère Vestalicom, plateforme pour créer une webradio.
2017 : voyage du couple au Costa Rica.
2018 : création de Panda pailles.
2021 : rachat de Zoessentiels.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité