Aller au contenu principal

Magazine
Céline Michot, cheffe à domicile

La cheffe Céline Michot est loir-et-chérienne. Elle exerce depuis douze ans à son compte en tant que cheffe à domicile. Elle a quelque peu diversifié son activité avec la crise de la Covid-19. 

Céline Michot.
Céline Michot est cheffe à domicile depuis douze ans.
© Céline Michot

Originaire de Meusnes (Loir-et-Cher), Céline Michot est cheffe à domicile depuis douze ans. Un grand-père sommelier dans les grands restaurants à Paris et une mère qui adore cuisiner ont sans doute contribué à la passion de Céline Michot qui a trouvé sa voie dès le départ. À 31 ans, elle exerce ce métier à son compte après avoir suivi sa scolarité en Loir-et-Cher. D'abord en lycée hôtelier à Blois (Loir-et-Cher) : un BEP, un bac pro et une mention en cuisine. Son parcours ne s'arrête pas là, elle le poursuit avec un CAP chocolatier au CFA de Blois. Elle suit son apprentissage à Romorantin (Loir-et-Cher), non loin de sa ville d'origine.

À son compte depuis douze ans

Après sa formation, elle travaille en Indre-et-Loire pendant dix-huit mois, puis s'installe directement à son compte. « Je cherchais une place de cuisinier en dessert de restaurant, mais je ne l'ai pas trouvée. J'ai préféré m'installer à mon compte à domicile. » D'autant que la demande a stimulé la création de son entreprise. Cocktails professionnels, repas de famille, mariage, repas de chasse... Céline Michot réalise différentes prestations, qui vont de l'apéritif au repas complet en région Centre-Val de Loire.

Des produits frais et de saison

La cheffe privilégie les produits frais, de saison et au maximum à un kilomètre de chez elle, « sauf le poisson ». Elle achète ses légumes chez un producteur de Mer. « Cette démarche est très appréciée des clients », souligne la cheffe qui confirme la qualité de ces produits. Son entreprise se développe depuis sa création, principalement par le bouche-à-oreille et son site Internet.

Livraison et chocolats

Au moment du premier confinement lié à la pandémie de Covid en 2020, elle doit s’adapter. Pour poursuivre son activité, elle livre des repas chez ses clients, ce qu'elle fait encore depuis. « Je travaille sur mesure selon la demande des clients. Il faut réserver au moins ­quarante-huit heures à l'avance et quinze jours à l'avance pour les grosses réceptions », précise la cheffe.

Elle propose des menus à ses clients, les adapte régulièrement en échangeant beaucoup avec eux. En 2020, elle lance également sa gamme de chocolats qu'elle fabrique désormais pour les fêtes de fin d'année et pour Pâques. « Je fais plusieurs essais chez moi en dehors des périodes des fêtes. Je fais principalement des chocolats fourrés pralinés, ganache, des pâtes de fruits, des orangettes, des mandiants... » La cheffe se projette dans son activité à long terme. Elle réfléchit aux perspectives de développement. 

Biographie

1990 : naissance en Loir-et-Cher.
2009 : lance son activité de cheffe à domicile.
2020 : livraison à domicile et chocolats.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité