Aller au contenu principal

« Tout ça remet en cause beaucoup de choses »

Élu référent du service Conseil, Agronomie, Environnement et Expérimentation de la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir, Éric Maisons fait le constat d’injonctions incohérentes en matière d’environnement.

« Sur les cultures de printemps, nous avons constaté une forte pression insectes.

Par exemple, dès la levée, le lin de printemps a connu une très grosse pression d’altises qui a amené les agriculteurs à faire trois ou quatre passages d’insecticide, voire, en cas d’échec, à retourner la culture. Le manque d’efficacité des produits sur altise amène les gens à reconsidérer la culture du lin.

Sur la betterave sucrière, depuis l’arrêt du Gaucho, la pression pucerons nous conduit a faire plusieurs traitements avec une efficacité moyenne et un coût important. Le virus transmis par les pucerons peut engendrer des pertes de rendement de 30 à 40 %.

Le pire est qu’au final le résultat est contraire à ce que l’on voudrait nous imposer puisque nous traitons beaucoup plus et que nous détruisons des auxiliaires, ce qui n’est pas le but, nous en sommes conscients, mais sans solutions techniques il faut bien que l’on arrive à produire quand même...

Sur les orges, nous avons subi aussi de fortes attaques de pucerons d’automne, qui n’étaient pourtant pas très nombreux à ce moment-là. Comme les seuils de population n’étaient pas atteints, il n’y a pas eu de traitement. Cependant, les pucerons étaient visiblement très virulents, ce que nous n’avons su qu’à posteriori.

Nous nous retrouvons avec des parcelles bien touchées, ce qui peut avoir une incidence sur le rendement pouvant aller jusqu’à 50 %. En conséquence, les gens vont être amenés à être très prudents et à traiter dès qu’il verront un puceron...

Dès que l’on supprime un produit, on se retrouve face à des impasses. Dorénavant, la consommation d’insecticides monte en flèche, on va nous reprocher de trop traiter. Quand nous avions le Gaucho, nous ne traitions quasiment jamais en végétation.

On nous demande de diversifier nos assolements mais on nous a coupé plein de moyens de pouvoir produire d’autre cultures que blé, colza et escourgeons. Ça va à l’envers de ce que l’on nous préconise. Tout ça remet en cause beaucoup de choses ».

Propos recueillis par Hervé Colin

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité