Aller au contenu principal

Tout le monde autour de l’eau

Après la signature d’une feuille de route début 2018 autour de deux aires de captage, l’ensemble des acteurs agricoles, industriels et institutionnels s’est retrouvé pour faire le point le 26 avril à Chartres.

La préfète d’Eure-et-Loir, Sophie Brocas, a réuni, le 26 avril à Chartres, tous les acteurs qui avaient signé le 19 janvier 2018 une feuille de route Eau et agriculture autour de deux aires d’alimentation de captage de Saint-Denis-d’Authou et Dammarie.

Ainsi, la chambre d’Agriculture, des industriels de la Cosmetic valley, les agences de l’eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, les élus des aires concernées, les conseils régional et départemental et l’État ont travaillé à « essayer de trouver ensemble des moyens de changer les pratiques culturales sur ces zones en permettant aux agriculteurs de vivre de leur travail et en maintenant ou en restaurant la qualité de l’eau », a expliqué la préfète.

Depuis la signature initiale, c’est la troisième réunion de ce comité de pilotage.

« Plusieurs pistes ont été explorées qui méritent des études et des expérimentations. Par exemple pour savoir si l’on peut produire une farine de très haute qualité avec le moins d’intrants possibles, avec le minotier Viron. De leurs côtés, Alban Muller et PMA 28 confirment un gros besoin d’ingrédients bio pour la cosmétique française. Ils auraient besoin d’huiles de noisette, de chanvre ou de lin. Des études seront menées sur les itinéraires techniques, les investissements, la rentabilité et l’impact sur l’eau ».

De son côté, la chambre d’Agriculture se dit très mobilisée par la recherche de diversifications, sur des études pour trouver des substituts à l’huile de palme, sur l’implantation de tournesol, de cameline.

Des tests sont menés sur les sites de Miermaigne et de La Saussaye. La production de foin à bas niveau d’intrants et l’étude d’une filière miscanthus ou luzerne ont également été évoquées.

« Ce qui nous intéresse, a conclu Sophie Brocas, c’est que tous ces gens se parlent. Notre rôle est de trouver l’ingénierie financière. Tout ceci est une initiative locale de l’État, personne ne nous demande de faire ça ».

Hervé Colin

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité