Aller au contenu principal

Un Agri campus orienté « observation terrain » pour la Scael

Le groupe coopératif Scael a organisé le 2 juin à Villebon et à La Saussaye son cinquième Agri campus. Son programme, axé sur l’observation de terrain, proposait des visites d’essais et une revue de nouvelles variétés.

Le 2 juin, à Villebon. L’atelier désherbage a retenu l’attention des nombreux adhérents qui se sont déplacés sur le cinquième Agri campus organisé par le groupe coopératif Scael.
Le 2 juin, à Villebon. L’atelier désherbage a retenu l’attention des nombreux adhérents qui se sont déplacés sur le cinquième Agri campus organisé par le groupe coopératif Scael.

« Nous avons voulu une approche plus simple, plus conviviale, pour des gens motivés à aller se frotter à la réalité du terrain », a expliqué le responsable du département agronomique du groupe coopératif Scael, Joël Lorgeoux, à propos de l’organisation du cinquième Agri campus, le 2 juin. 

Ainsi, près de deux cents adhérents ont profité du buffet campagnard proposé entre les visites du matin à Villebon et celles de l’après-midi à la ferme pédagogique du lycée agricole de Chartres-La Saussaye.

C’est le village des fournisseurs qui a fait les frais de cette nouvelle mouture...

Les agriculteurs se sont donc retrouvés nombreux le matin sur les parcelles de Villebon, en dépit d’une météo peu engageante.

Là, une poignée d’ateliers tournants leur était proposée avec une revue d’effectifs de nouvelles variétés en blé, orge ou colza : « Nous voulions montrer les évolutions génétiques, il y a des pistes intéressantes en blé et colza sur la résistance aux maladies », a souligné l’agronome qui a présenté également un essais variétés sur précédent paille.

Compte tenu du contexte climatique, les aspects de la pression septoriose et fusariose ont fait l’object de focus particuliers.

La problématique désherbage a aussi retenu l’attention des adhérents, d’autant qu’il semble que les phénomènes de résistance développés par certains adventices, le retrait constant de molécules et la quasi certitude désormais qu’il n’y en aura pas de nouvelles les laissent dans un certain désarroi.

Il existe des solutions pour limiter le problème : décalage de la date de semis, l’alternance de produits actifs, l’allongement de la rotation...

Et Joël Lorgeoux conseille aussi de récolter les parties les plus touchées en dernier pour éviter de disperser des graines d’adventices potentiellement résistantes.

Ou de s’inspirer des techniques présentées l’après-midi à La Saussaye, où la chambre d’Agriculture conduit avec le lycée agricole des essais agronomiques depuis plusieurs années visant à comparer le système classique raisonné avec des itinéraires techniques qui limitent la part d’intrants en la substituant par des procédés mécaniques — bineuse, herse étrille.

Des solutions efficientes mais qui demandent une rotation sur six ans, de la disponibilité, plus de travail — donc d’énergie — et qui dépendent davantage du climat. Les résultats technico-économiques présentés sont néanmoins très corrects.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité