Aller au contenu principal

Un contexte moins favorable au colza cette année en Eure-et-Loir

L'agronome de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, Dominique Delaunay, fait le point sur les semis et la levée du colza.

« Pour le colza, le contexte est moins favorable que pour la campagne précédente  », relève l\'agronome de la chambre d\'Agriculture spécialisé dans les cultures oléo-protéagineuses, Dominique Delaunay.

De fait, tout a commencé sur des sols complètement secs au moment des semis  : «  C\'était très compliqué de préparer les lits de semences. Sauf après escourgeons, où c\'était à peu près correct pour des semis mi-août. Pour tout ce qui était en précédent blé il y a un plus gros risque d\'échec  ».

L\'agronome souligne néanmoins une grosse exception à ce constat sur la toute pointe nord du département  : «  Il y a eu 100 mm d\'eau en août, les semis ont été fait au 10-15 août et les colzas sont énormes, comme en Normandie  », pointe-t-il.

Au fil de ses pérégrinations dans le département, Dominique Delaunay note «  à certains endroits des colzas au-dessus des bottes et à d\'autres ils sont encore au stade dicotylédon… Ceux-là seront retournés. Au final, j\'ai le sentiment qu\'il y a moins de colza que l\'an passé mais c\'est assez difficile à estimer  ».

Des soucis sont apparus au moment des levées  : «  Comme il n\'y a pas eu de repousses de céréales au moment du déchaumage, elles sont montées à la levée du colza, d\'où des traitements herbicides. Ça s\'est déjà vu mais ça n\'arrive pas tous les ans  », relève-t-il.

Quant aux insectes  : «  Ils sont arrivés vers le 20 septembre. C\'est le même schéma que d\'habitude, si le colza est gros, il s\'en fout, sinon on court après pour s\'en débarrasser. La température plus fraîche a peut-être diminué la pression insecte mais comme le colza est plus petit…  ».

La météo ajoute aussi son grain de sel au moment de la pousse  : «  Le coup de froid n\'a pas aidé. Ce sera peut-être compensé par la douceur actuelle. Si nous sommes cet automne dans les normales climatiques, ce ne sera pas favorable, mais si novembre et décembre sont plus chauds, les parcelles seront belles  ».

Hervé Colin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité