Aller au contenu principal

Un début de moisson catastrophique

Dans tous les départements d’Ile-de-France, la moisson a pu débuter. Les premiers résultats sont particulièrement mauvais.

Dans les trois départements ouest-franciliens, les premiers jours de moisson dans les orges ont révélé des rendements jusqu’à 50 % inférieurs à la moyenne et d’importants problèmes de qualité.
Dans les trois départements ouest-franciliens, les premiers jours de moisson dans les orges ont révélé des rendements jusqu’à 50 % inférieurs à la moyenne et d’importants problèmes de qualité.

C’était le pire scénario possible. Celui qui était redouté de tous après les longues semaines d’intempéries des mois de mai et juin. Voilà qu’il devient réalité.

Alors que la moisson a pu débuter la semaine passée en Ile-de-France dans les cultures d’hiver — pois et orges notamment —, les premiers résultats sont catastrophiques.

Dans certains cas, les rendements sont divisés par deux par rapport à une année normale.  « Pour les pois, les rendements oscillent entre cinq et quinze quintaux par hectare là où normalement, il y a une moyenne de cinquante quintaux », rapporte, par exemple, le conseiller technique du Cercle d’Étampes-Méréville (Essonne), Emmanuel Griard.

Les excès d’eau ont provoqué de nombreuses maladies dont l’anthracnose et le botrytis ainsi que des problèmes d’avortement et de mauvaise fécondation. 

S’agissant de l’orge, là aussi, la situation est particulièrement difficile. Dans les trois départements, les rendements moyens s’établissent aux alentours de cinquante quintaux et les agriculteurs constatent d’importants problèmes de qualité : le taux de protéines n’est pas dans la norme et le calibrage et le poids spécifiques sont particulièrement faibles.

Dans les tout prochains jours, les moissonneuses-batteuses devraient pouvoir s’attaquer aux colzas et aux blés. Là aussi, les résultats pourraient être très décevants. « Nous n’avons jamais connu une situation aussi dramatique », s’accordent à dire les agriculteurs qui ont bien du mal à garder le moral.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité