Aller au contenu principal

Un deuxième Prix du manuscrit pour Alain Denizet

Le Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois a été attribué le 16 novembre à Janville à Alain Denizet, pour une histoire de quintuple meurtre à Corancez.

Le 16 novembre à Janville. Alain Denizet s’est vu attribuer le Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois pour la seconde fois.
Le 16 novembre à Janville. Alain Denizet s’est vu attribuer le Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois pour la seconde fois.

Le Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois, porté par les deux Pays et son président Jean-Claude Ponçon, récompense chaque année depuis dix ans, le manuscrit d’un auteur du territoire. Doté de mille cinq cents euros destinés à l’aide à la publication, ce prix a permis à chacun d’entre eux d’être édité. À l’image d’Alain Denizet, récompensé en 2006 pour son « enquête sur un paysan sans histoire, le monde d’Aubin Denizet (1798-1854) » et qui s’est vu décerner de nouveau le prix le 16 novembre à Janville, pour son manuscrit : « L’affaire Brierre (1901-1910), père modèle ou assassin ? ».

« Dans mes recherches, je suis tombé sur un Almanach qui m’a donné l’idée de ce deuxième livre », a expliqué l’auteur. « En effet, le seul fait-divers qui y soit relaté est ce quintuple meurtre de Corancez. J’ai poursuivi la recherche : la presse locale en a parlé pendant des semaines, la presse nationale aussi en 1901 et 1902. C’est l’une des rares affaires locales ayant eu une résonance internationale, des implications politiques et qui a relancé les débats sur la grâce présidentielle ou la peine de mort… » De quoi piquer l’attention d’un écrivain…

Le Prix du manuscrit s’est doté en 2010 d’une catégorie réservée aux jeunes avec deux déclinaisons, individuelle et collective. Cette année, c’est Louis Ripault de Dangeau, qui décroche le premier prix avec « Fleur des champs ». Marie Pavel, pour son manuscrit « Toutes, en une seule fois », obtient pour sa part les encouragements du jury. Le prix collectif a été attribué aux élèves de la classe de quatrième A du collège Albert Sidoisne de Bonneval, conduits par leur professeur, Adeline Gasselin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité