Aller au contenu principal

« Un dispositif enthousiasmant ! »

Gwenaëlle Lepage est le proviseur de l’Établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole de Loir-et-Cher.

«  Le Centre de formation professionnelle pour adultes reprendra certainement en premier, selon un schéma progressif. Les personnes en formation premiers gestes en agriculture rentreront le 18 mai. En juin, les soigneurs animaliers les rejoindront. (…) Les lycées professionnels, généraux et technologiques loir-et-chériens de l’enseignement agricole ne pourront envisager leur réouverture qu’au 1er juin. Cela concerne également les élèves de 4e et 3e car ceux-ci sont considérés comme des lycéens.

Par conséquent, la continuité pédagogique se poursuit. (…) Nous avons beaucoup pratiqué la visioconférence. Des groupes de vie de classe ont également eu lieu. Ce sont des moments d’échanges avec le professeur principal. Par ailleurs, chaque semaine, les conseillers principaux d’éducation ont téléphoné aux familles pour prendre des nouvelles des jeunes. (…) Les élèves qui ont décroché pendant le confinement étaient les mêmes que ceux qui l’avaient fait avant. Les autres ont gardé le lien avec leurs enseignants. Après les vacances d’avril, la continuité pédagogique a été difficile. (…)

Les apprentis se trouvaient en formation dans leurs entreprises et en continuité pédagogique sur les temps où ils étaient normalement en centre. Quant aux élèves et étudiants sous statut scolaire, les stages ont été suspendus pendant le confinement. Nous attendons une réponse pour le suivi des stages de fin mai à début juin. (…) Les internats constituent notre problématique majeure  : espaces de vie, respect des gestes barrières et mise en place d’un protocole sanitaire. L’établissement sera ouvert si la sécurité des personnes est garantie.

Ce sera un test car, en septembre, nous devrons mettre en œuvre des dispositifs sanitaires particuliers. (…) Nous ne voulons pas prendre le risque d’accueillir du public. Certes, le confinement va être levé mais nous ne savons pas jusqu’à quel point (ces propos ont été tenus le 4 mai, NDLR). C’est la raison pour laquelle, le 16 mai, nous organisons des portes ouvertes virtuelles. Nous avons nourri le site Internet de l’établissement de vidéos afin de présenter les locaux, les projets, les lieux de vie, etc.

Nous proposerons des rendez-vous collectifs ou individuels afin de répondre aux questions de ceux qui voudraient nous rejoindre l’année prochaine. Ce dispositif est enthousiasmant  !  »

Propos recueillis par J.O.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité